Rennes-Nice: Toujours pas d’attaque, les Aiglons s’en sortent très bien

FOOTBALL Les Niçois ont décroché le point du match nul ce dimanche en Bretagne et restent toujours dans la course pour les places européennes

Jérôme Gicquel

— 

A l'image d'Allan Saint-Maximin, les Niçois ont été peu inspirés ce dimanche après-midi face à Rennes.
A l'image d'Allan Saint-Maximin, les Niçois ont été peu inspirés ce dimanche après-midi face à Rennes. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
  • Nice repart de Bretagne avec un point du match nul plutôt chanceux.
  • Le Stade Rennais a touché par trois fois les montants de Benitez.
  • Huitième au classement à seulement trois points de l’OM, le club azuréen peut toujours rêver d’Europe.

Ne pas faire la fine bouche. A la sortie des vestiaires du Roazhon Park ce dimanche en fin après-midi, les Niçois pouvaient avoir le sourire. Malmenés dans le jeu et sauvés trois fois par les montants (un poteau pour Ben Arfa, un poteau et une barre pour Hunou en toute fin de rencontre), les hommes de Patrick Vieira ont obtenu un match nul plutôt chanceux face au Stade Rennais (0-0). « C’est un bon résultat quand on regarde la première période où on a été plutôt inexistants sur le plan offensif », a indiqué le coach azuréen.

Pire attaque du championnat avec Guingamp (23 buts), l'OGC Nice n’a en effet pas montré grand-chose devant durant les 45 premières minutes. « On a vraiment eu du mal à se situer sur le terrain en première période mais on est resté solidaire », a estimé le milieu de terrain Rémi Walter.

Au retour des vestiaires, les Aiglons ont essayé d’être plus offensifs, sans se montrer toutefois très dangereux, à l’exception d’une frappe d’Ignatius Ganogo bien repoussée par Koubek (88e). « On a eu des situations mais on a manqué de justesse, on a fait les mauvais choix », analyse Patrick Vieira.

Toujours dans la course pour l’Europe

Comme souvent cette saison, l’OGC Nice s’en est donc remis à sa solidité défensive pour grappiller un bon point face à un concurrent direct. Bien relancés dans la lutte pour l’Europe après deux victoires consécutives, les Niçois restent toujours en course pour le sprint final, à seulement trois points de Marseille et de la 5e place. « On rêve tous de retrouver l’Europe, on ne s’en cache pas. Mais ce sera très difficile », assure Dante.

Pour continuer à y croire, les Niçois devront déjà faire le job à la maison avec la réception à venir de Caen et de Guingamp, les deux derniers du championnat. « Si on veut espérer quelque chose pour la suite, il faudra prendre les six points. On n’a pas le choix », a ajouté Rémi Walter. Le capitaine brésilien met cependant en garde ses partenaires. « Il ne faut pas regarder le classement de nos prochains adversaires. Ils auront d’ailleurs beaucoup d’envie car ils ne veulent pas descendre ».

S’ils veulent rêver d’Europe, les Niçois devront aussi et surtout marquer. Et au vu de la performance ce dimanche face à Rennes, il y a encore beaucoup de travail.