OGC Nice-Montpellier: «Rien n'est fini», une embûche pour le MHSC sur la route de l’Europe

FOOTBALL Montpellier s’est incliné face à un adversaire direct pour la Ligue Europa, le Gym 

Mathilde Frénois

— 

Michel Der Zakarian.
Michel Der Zakarian. — Ryan Browne/BPI/Shutter/SIPA

Les Aiglons avaient permis aux Montpelliérains de décrocher leur premier succès à la maison de la saison 2018-2019. Ce n’est pas eux qui leur offriront une option pour une qualification en Ligue Europa. Ce dimanche soir à l’Allianz Riviera, les hommes de Michel Der Zakarian se sont inclinés face à l’ OGC Nice pour le compte de la 31e journée de Ligue 1, laissant ainsi un peu filer l’espoir d’une qualification en Ligue Europa

« On a eu trop de déchets pour mettre cette équipe en difficulté. On n’a pas été assez précis dans les 30 derniers mètres. On n’a pas été bon techniquement, notamment dans nos centres, estime le coach du MHSC. Malgré cette défaite, on n’est pas largués (dans la course à l’Europe). On est toujours à trois points de Marseille. On va à Marseille et à Saint-Étienne. Tout est encore serré. »

« Rien n'est fini »

C’est le capitaine niçois Dante qui plombe les espoirs montpelliérains. Sur un coup franc de Wylan Cyprien, le défenseur brésilien s’élève dans les airs et claque une tête. Le ballon finit dans la cage de Benjamin Lecomte. Ouverture du score niçoise. « C’est dommage de perdre un match comme ça, mais le foot ça se joue dans les détails. Ce soir c’était ça : sur coup de pied arrêté, ils étaient efficaces, dit le défenseur Vitorno Hilton. On perd 1-0 mais rien n'est fini. »

Il faut remonter jusqu’à 2012 pour voir Montpellier s’imposer en terre azuréenne. Depuis, la Paillade a enchaîné les contre-performances : 4 défaites et 2 nuls. Pire, Montpellier n’a gagné qu’un seul de ses huit derniers déplacements en Ligue 1. 

Montpellier et Nice se tenaient pourtant dans un mouchoir de poche. Une poche qui a éclaté : désormais le MHSC s’est fait doubler par son adversaire niçois, pointant à la 8e place du classement. La perte de ces trois points pourrait tout changer dans la course à l’Europe.

« C’était compliqué. On n’a pas su tuer le match et c’est très frustrant, dit l’attaquant Andy Delort. On a bien fait tourner, on est arrivé à trouver les décalages mais pas jusqu’à la dernière passe et à les embêter plus que ça. » Encore un joker qui s’envole vers une possible qualification ? « On n’est pas encore mort, affirme le Montpelliérain. On continue à y croire. »