VIDEO. Lyon: Tony Parker souhaite l'entrée de l'OL dans le capital de l'Asvel et privilégie une salle à Villeurbanne

BASKET Tony Parker et Jean-Michel Aulas sont proches d’un accord qui serait synonyme d’une « collaboration gagnant-gagnant » entre l’OL et l’Asvel

Jérémy Laugier

— 

Tony Parker, ici en juin 2018 aux côtés de Gérard Collomb, lors de la pose de la première pierre de son académie de basket à Gerland.
Tony Parker, ici en juin 2018 aux côtés de Gérard Collomb, lors de la pose de la première pierre de son académie de basket à Gerland. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Envisagé depuis plusieurs mois par Jean-Michel Aulas et Tony Parker, un rapprochement entre l’OL et l’Asvel devrait bien se concrétiser dans les prochaines semaines. « Il y a des discussions avec Jean-Michel et ça se passe très bien, a expliqué Tony Parker, lundi soir sur RMC Sport. Je pense qu’on va trouver un accord. Si on y parvient, ça sera bien évidemment super pour le basket français. J’y travaille dur, c’est primordial de faire des deals comme ça. Il faut qu’on soit tous ensemble et une collaboration gagnant-gagnant avec l’OL ne peut être que bénéfique pour le sport français. »

« Villeurbanne c’est notre fief »

Cet accord à venir impliquerait-il l’entrée de l’OL au capital de l’Asvel ? « On y travaille », a simplement reconnu le président de l’Asvel, qui va effectuer son grand retour en Euroligue et qui vise pour l’instant « la barre symbolique des 10 millions d’euros » de budget. Problématique majeure pour l’actuel leader de Jeep Elite : la construction d’une Arena qu’a compliquée le dépôt de bilan de la société Floriot, le constructeur prévu.

« Ça a mis un coup d’arrêt au projet de la salle », admet Tony Parker, qui ne privilégie pas pour autant d’évoluer dans la future salle privée de 15.000 places que va construire l’OL à Décines ou à Meyzieu. « On a d’autres solutions et pour moi, il n’y a aucune raison que la salle ne sorte pas en 2022. Tout est dans les temps. Pour l’instant, on travaille pour que notre salle soit à Villeurbanne. C’est notre fief et on veut rester à Villeurbanne. »