VIDEO. Equipe de France: Pourquoi Théo Maledon a tout pour vite devenir «un Top 10 de draft NBA»

BASKET Le prometteur meneur de l'Asvel vient de vivre, à 17 ans, sa première sélection avec les Bleus ce jeudi en Finlande (76-69)

Jérémy Laugier

— 

Théo Maledon, ici lors d'un match à Nanterre en janvier, tourne à 7,2 points en moyenne cette saison en Jeep Elite.
Théo Maledon, ici lors d'un match à Nanterre en janvier, tourne à 7,2 points en moyenne cette saison en Jeep Elite. — Infinity Nine Media/Alexia Leduc
  • Le meneur de jeu villeurbannais Théo Maledon (17 ans) est la révélation de la saison en Jeep Elite.
  • Déjà sélectionné pour le All Star Game, le voici en équipe de France, avec des premiers pas effectués en Finlande (76-69) ce jeudi. Il a combiné 3 points et 3 rebonds en 15 minutes.
  • Sa phénoménale trajectoire devrait vite le conduire en NBA, sur les traces de son actuel président à l’Asvel, un certain Tony Parker.

« Son ascension a l’air facile, c’en est déconcertant, tout comme son jeu. » A 25 ans, Livio Jean-Charles passerait presque pour un vieux briscard au moment d’évoquer son si prometteur coéquipier à l’Asvel Théo Maledon. Agé de 17 ans et 8 mois, celui-ci est devenu ce jeudi en Finlande (76-69, 3 points et 3 rebonds en 15 minutes pour lui), le 7e plus jeune joueur de l’histoire à porter le maillot de l’équipe de France de basket. Notamment devancé dans ce classement par Hervé Dubuisson et Alain Gilles, le meneur de jeu d’1,91 m est par contre en avance sur des références à son poste que sont Antoine Rigaudeau et Tony Parker.

Après une première année d’adaptation entre Espoirs et groupe pro à Villeurbanne (9 apparitions dans l’élite), Théo Maledon est la révélation de la Jeep Elite cette saison, cumulant 7,2 points, 2,2 passes décisives et 1,9 rebond en seize minutes de jeu en moyenne. « On a toujours su que Théo était très mature, explique TJ Parker, l’un des assistants du coach Zvezdan Mitrovic et frère cadet de Tony. Il voit toutes les passes possibles et il est agressif sur le terrain. Il doit juste devenir plus patron, plus vocal. Mais tu sens qu’il a tout, le gamin. »

« Il est tout le temps le premier joueur arrivé à la salle »

Au point d’enchaîner en deux mois une première sélection au All Star Game français et sa première cape avec les Bleus de Vincent Collet. Consultant basket pour beIN Sports, Jacques Monclar suit le phénomène depuis son entrée à l’Insep en 2015 : « C’est un meneur de jeu naturel, il est très rapide, il connaît le jeu et il prend ses responsabilités. Il me semble avoir tout en magasin pour réussir ».​

​Y compris le goût du travail. « Ce qui m’impressionne le plus, c’est qu’il est tout le temps le premier joueur arrivé à la salle, constate Livio Jean-Charles. Et puis il a une telle aisance, un tel contrôle de ses émotions et de son jeu pour son âge. »

« Il serait préférable pour lui de disputer deux années d’Euroligue »

Actuel leader de Jeep Elite et qualifié pour les quarts de finale de l’Eurocup (contre Andorre), Théo Maledon s’apprête à découvrir l’Euroligue la saison prochaine avec l’Asvel. Avant de vite viser encore plus haut de l’autre côté de l’Atlantique ? « Dans un an, il pourra se présenter à la draft NBA et il faudrait vraiment qu’il fasse une saison merdique pour ne pas y être, sourit TJ Parker. Il est l’un des meilleurs joueurs de sa génération et ce sera selon moi un Top 10 de draft à coup sûr. »​​

La perspective de voir Théo Maledon rejoindre la NBA dès la saison 2020-2021 n’emballe pas forcément Jacques Monclar. « Il serait préférable pour lui de disputer deux années d’Euroligue, estime l’ancien joueur international. S’il peut avoir 20 ou 25 minutes de moyenne dans cette compétition, ça le préparera à tout. La trajectoire de Luka Doncic [trois saisons pleines au Real Madrid avant de rejoindre Dallas] me paraît être la bonne. Plein de joueurs ont gâché leur talent en partant trop tôt. »

« Laissons donc Théo Maledon devenir Théo Maledon »

Difficile de ne pas dresser de parallèle entre Théo Maledon et Tony Parker. Tous les deux ont grandi en Normandie, ont intégré l’Insep, sont de purs meneurs, ont brillé dans les sélections de jeunes (Théo est champion d’Europe U16 et vice-champion du monde U17) avant de vite intégrer l’équipe de France A. « Théo avait d’ailleurs participé aux camps de basket de Tony à 12 ou 13 ans à Fécamp, confie TJ Parker. TP aime bien l’appeler souvent et je lui souhaite de faire la même carrière que lui. »​

​Difficile en effet de rêver d’un meilleur exemple de carrière que celle de son actuel président, et quadruple champion NBA avec les Spurs. Avec les dangers évidents qui accompagnent ce jeu des comparaisons. « OK, Théo doit s’inspirer de la trajectoire de Tony, indique Jacques Monclar. Mais on a déjà eu le tort de faire de Frank Ntilikina [en difficulté avec les New York Knicks] le successeur de Tony. Laissons donc Théo Maledon devenir Théo Maledon et non un successeur de Tony. »