Asvel: Jeune frère de Tony Parker, TJ est-il vraiment prêt à entraîner le plus gros effectif de Pro A?

BASKET Assistant coach de l’Asvel depuis quatre saisons et demie, TJ Parker (33 ans) a été nommé lundi à la tête de l’équipe professionnelle par son frère, et président…

Jérémy Laugier

— 

TJ Parker, ce mardi lors de sa présentation devant la presse en tant que nouvel entraîneur principal de l'Asvel.
TJ Parker, ce mardi lors de sa présentation devant la presse en tant que nouvel entraîneur principal de l'Asvel. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • Actuellement dans le dur en Pro A, l’Asvel a décidé de se séparer de JD Jackson lundi pour mettre en première ligne son ancien adjoint, un certain TJ Parker.
  • A 33 ans, le jeune frère de « TP », président du club villeurbannais, a face à lui un énorme challenge d’ici la fin de saison.

« Dans ce moment difficile, on s’est dit qu’il fallait encore resserrer les liens entre nous et former une vraie famille. » Président délégué de l’Asvel, Gaëtan Muller est conscient que cette dimension familiale saute forcément aux yeux en découvrant le nouvel organigramme du club villeurbannais. Depuis lundi, les deux frères du président Tony Parker, TJ (33 ans) et Pierre (31 ans), sont en effet respectivement entraîneur principal de l’équipe professionnelle et de la catégorie Espoirs.

Champion de France en juin 2016 avec l’Asvel, JD Jackson n’a pas résisté à « des résultats non conformes aux objectifs fixés », avec une 7e place en Pro A (8 victoires et 8 défaites), et un sacré couac samedi sur le parquet de la lanterne rouge Chalon-sur-Saône (84-52). « On n’a pas respecté le maillot à Chalon, c’était une honte », peste encore Gaëtan Muller, ce mardi à l’Astroballe, aux côtés de TJ Parker pour sa présentation devant la presse.

« Je ne vais pas mentir, c’est un petit rêve qui commence »

Propulsé en première ligne avant deux matchs déjà cruciaux, mercredi (20h45) contre Limoges en Eurocoupe et samedi (20 heures) face à Hyères-Toulon pour ne pas manquer la Leaders Cup, l’ancien adjoint de JD Jackson a-t-il les épaules pour assumer une telle (première) opportunité en tant qu’entraîneur principal ?

« Qui ne serait pas content d’être à la tête de l’Asvel ? Je ne vais pas mentir, c’est un petit rêve qui commence. Et puis, en tant que joueur déjà, j’ai toujours aimé la pression », assure cet ex-arrière shooteur, qui avait découvert la Pro A avec le Paris Basket Racing en 2005 (près de 8 points de moyenne pendant deux saisons) avant de conquérir un titre de champion avec le Sluc Nancy en 2008.

Alors vice-président de l'Asvel, Tony Parker avait tenu en mai 2009 à assister à l'Astroballe à un match contre le SLUC Nancy... et son frère TJ.
Alors vice-président de l'Asvel, Tony Parker avait tenu en mai 2009 à assister à l'Astroballe à un match contre le SLUC Nancy... et son frère TJ. - PASCAL VILA/V.S.D./SIPA

Sur le banc « au moins jusqu’à la fin de la saison »

« TJ savait parfaitement quel était son rôle sur le terrain, se souvient Jean-Luc Monschau, son ancien entraîneur en Lorraine. C’était un excellent équipier, humble, avec une belle confiance dans son tir et une vraie connaissance de son jeu. Il nous avait notamment sauvés avec ses shoots à trois points lors de la belle en demi-finale contre l’Asvel. » Blessé au genou la saison suivante, TJ Parker a arrêté sa carrière au plus haut niveau à 26 ans, après seulement 11 apparitions avec l’Asvel en 2009-2010 et une ultime expérience à Orchies (N1) dans la foulée.

Son président villeurbannais de grand frère lui a ensuite permis d’intégrer le staff de Pierre Vincent en 2013, avant cette opportunité aussi alléchante que périlleuse de tenter de redresser une Asvel au plus gros budget de l’histoire de la Pro A (8,27 millions d’euros). Installé sur le banc « au moins jusqu’à la fin de la saison », TJ ne se verra-t-il jamais imposer des consignes par le meneur de jeu des San Antonio Spurs ?

>> A lire aussi : Qui a dit «Villeurbanne, c'est presque le PSG avec les Qataris»?

« Il va obtenir l’adhésion de ses joueurs »

« Tony a pris la décision de me mettre coach donc il va me faire confiance pour tout ce qui concerne le terrain », coupe avec assurance l’intéressé, dont l’objectif prioritaire est de « redonner confiance aux joueurs », tout en apportant « plus d’intensité, d’agressivité et de rythme » à cette équipe si fragile et irrégulière cette saison. Contacté par 20 Minutes, Jean-Luc Monschau ne s’inquiète pas du tout pour la légitimité du plus jeune coach de Pro A (33 ans).

« C’est un garçon attachant qu’on ne peut qu’apprécier. Il va obtenir l’adhésion de ses joueurs car il a des qualités relationnelles évidentes et qu’il a effectué une bonne formation avec ses années d’adjoint », confie l’actuel entraîneur de Pfastatt (Nationale 2). Et si cette aventure familiale tournait mal pour TJ ? « La situation est forcément particulière mais cette décision a été mûrement réfléchie et nous serons solidaires, annonce Gaëtan Muller. Après, tout le monde connaît les règles du jeu, TJ aussi. C’est un grand garçon et non un enfant à qui on a pris la main. »

« TJ n’a jamais vu la carrière de Tony comme un lourd fardeau à porter »

Sur ce point-là aussi, Jean-Luc Monschau se montre plutôt optimiste : « La fratrie Parker s’entend magnifiquement bien. Aucun des deux jeunes frères de Tony n’a jamais été, d’une quelconque manière, jaloux de sa carrière. De même, TJ et Pierre ne l’ont jamais vue comme un lourd fardeau à porter. Lorsque nous sommes devenus champions de France, TJ a blagué en expliquant qu’il s’agissait d’un titre que Tony n’avait pas encore eu. » Et s’ils l’obtenaient cette fois ensemble, dans moins de cinq mois ?