VIDEO. Snowboard: «A la moindre erreur, tu finis dans le mur» Pierre Vaultier sur un parcours dingue

EXCLU «20 MINUTES» Le snowboardeur Pierre Vaultier a réalisé une spectaculaire vidéo pour son sponsor Red Bull. Il raconte l'aventure à «20 Minutes», qui vous dévoile en exclusivité ces images

Propos recueillis par Jean Saint-Marc

— 

Pierre Vaultier a dessiné cet impressionnant parcours à Serre Chevalier, dans les Hautes Alpes. Lancer le diaporama
Pierre Vaultier a dessiné cet impressionnant parcours à Serre Chevalier, dans les Hautes Alpes. — Tristan Shu / Red Bull Content Pool
  • Pierre Vaultier jugeait les parcours de border cross trop faciles lors des étapes de Coupe du monde.
  • Avec son sponsor Red Bull, il a donc conçu son propre parcours, chez lui, à Serre Chevalier.

Les parcours en Coupe du monde ? Trop facile. Les JO​ ? La routine pour Pierre Vaultier, double médaillé d’or olympique. Le snowboardeur originaire des Hautes-Alpes a décidé cet hiver de concevoir un parcours à son niveau. Et ça ne rigole pas…

Comment avez-vous eu cette idée ?

L’idée a mûri pendant longtemps. Trois mois avant le tournage, je n’étais pas sûr que ça rende aussi bien. L’idée de base c’était d’avoir un parcours technique, à plat. Ça me tournait dans la tête depuis quatre-cinq ans.

J’ai accumulé pas mal de frustration sur les étapes de Coupe du monde dernièrement : on a des parcours très peu techniques, de plus en plus faciles. Ça ne me correspond pas du tout. J’aime travailler sur les difficultés techniques. D’où l’idée de ce parcours où je pouvais exprimer totalement mes qualités ! J’aime bien le côté architectural et tout ce qui est esthétique. La neige est un matériau facile à travailler, on peut faire des trucs éphémères mais très beaux.

Etes-vous content du rendu ?

Je ne pensais pas atteindre ce niveau de perfection, je suis très content !

Avec ce projet, il estime que sa saison est «réussie», même s'il n'a gagné aucune course.
Avec ce projet, il estime que sa saison est «réussie», même s'il n'a gagné aucune course. - Tristan Shu / Red Bull Content Pool

 

Est-ce que ce parcours était difficile à rider ?

C’était un sacré challenge ! De l’extérieur, on ne se rend pas forcément compte, ça a l’air de couler, ça semble harmonieux, mais c’est vraiment difficile d’en arriver là. Comme c’est plat, il faut générer sa propre vitesse dans les transitions, il faut pousser. Mais pas trop : trop de vitesse, ce n’est pas un atout dans un parcours aussi difficile. Le but, ce n’était pas de battre des records ni de vitesse ni de hauteur, mais d’avoir l’impulsion parfaite pour atterrir sur le module suivant. A la moindre erreur, tu finis dans le mur : je n’avais aucune marge, avec 50 centimètres pour me réceptionner et 50 centimètres pour repartir !

Vous avez chuté en réalisant la vidéo ?

J’ai lourdement chuté le premier jour en début de parcours. Manque de concentration, ça n’a pas loupé. J’ai voulu sortir en catastrophe du parcours et je suis tombé sur la fesse gauche contre un mur de glace. Ça m’a bien calmé et ça ne m’a pas mis dans de bonnes conditions pour la suite. L’avant-dernier jour, je fais une chute similaire, sur la même fesse gauche, et là c’était dur. J’étais dans le mal, dans la souffrance mais j’ai réussi à finir le shooting.

Ça paraît facile mais la chute peut être irréversible. J’ai fait plus de 100 départs, c’est monstrueux ! Donc forcément à un moment, avec la fatigue, on fait une erreur. Je ne voyais pas le bout du tournage ! C’était des longues journées, le dernier jour j’ai fait 40 passages. C’était vraiment éprouvant. Donc quand c’était fini, je me suis dit : « tant mieux ! »

D’autres snowboardeurs ont-ils testé ce parcours ?

Non, on a préféré mettre le parcours hors service pour éviter que des gens se fassent mal là-dessus. De toute façon, moi, c’est mon métier et je n’aurais jamais osé me lancer de A à Z sans préparation. J’ai testé tous les modules les uns après les autres. Je ne dis pas que je suis le plus fort du monde mais le passer du premier coup c’est tout bonnement impossible !

Pierre Vaultier a chuté plusieurs fois durant le tournage.
Pierre Vaultier a chuté plusieurs fois durant le tournage. - Tristan Shu / Red Bull Content Pool

Sur le plan sportif, comment s’est passée votre saison ?

Avec peu de succès. J’ai fait deux étapes en Italie, j’ai fait quelques petites erreurs et ça m’a coûté très cher. Juste après le projet, qui m’a pris beaucoup de temps, je me suis envolé pour les championnats du monde aux Etats-Unis. Sauf que je tape la tête au fond de la glace après 40 mètres d’entraînement ! Protocole commotion cérébrale, repos de trois semaines… Après j’étais trop loin du bal alors j’ai stoppé ma saison. Ça ne s’est pas goupillé comme je voulais !