«Footballgate»: Nouvelle série d'auditions en Belgique, le club de Genk dans le viseur

FOOTBALL Un scandale de corruption touche le football belge

A.H. avec AFP

— 

Le club de Genk est dans le viseur de la justice
Le club de Genk est dans le viseur de la justice — Valery HACHE / AFP

Une série de nouvelles perquisitions et d’auditions ont été menées dans le dossier du « footballgate » en Belgique, visant notamment l’encadrement du KRC Genk, club actuellement en tête du championnat belge de première division, a annoncé mercredi le parquet fédéral belge. Au total 16 personnes ont été interrogées mardi et mercredi. Elles ont été relâchées après audition.

« Toutes les personnes entendues gravitent autour des clubs de football de Sporting Lokeren ou KRC Genk ou appartiennent à l’entourage de D.V. », a précisé le parquet dans un communiqué. Ces initiales « D.V. » désignent l’agent de joueurs Dejan Veljkovic, qui compte parmi la vingtaine de suspects inculpés dans ce vaste scandale de corruption qui avait éclaté en octobre.

« De plus amples vérifications »

Soupçonné d’avoir orchestré des versements frauduleux liés notamment à des transferts de joueurs, Dejan Veljkovic avait été remis en liberté en novembre après plusieurs semaines de détention provisoire, en échange de son engagement à faire progresser l’enquête. Il est le premier en Belgique à bénéficier de la loi votée durant l’été 2018 sur le statut de « repenti ».

Selon le parquet, cette nouvelle série d’auditions s’explique par la nécessité de « plus amples vérifications » après l’apport de nouveaux éléments par M. Veljkovic. «Il s’agit d’établir le circuit suivi par des sommes d’argent relativement importantes potentiellement liées à des commissions occultes qu’aurait reçues P.M. », ajoute le communiqué.

Joueurs, arbitres et dirigeants visés

Ce « P.M. », qui n’est pas identifié, est le seul dont la libération mercredi après un interrogatoire a été assortie de conditions imposées par le juge d’instruction. Outre les auditions, trois perquisitions ont eu lieu mardi matin en Flandre, à Lommel et Duffel (Nord).

L’enquête, menée par un juge d’instruction belge de la province du Limbourg (nord-est), porte sur des soupçons de fraude liée au versement des salaires et des commissions d’agents de joueurs, mais aussi sur deux matches présumés truqués au bénéfice du FC Malines en mars 2018. Parmi les inculpés, visés par les chefs de blanchiment, corruption et/ou participation à une organisation criminelle, figurent des dirigeants de clubs, joueurs, deux arbitres ainsi que les entraîneurs du FC Bruges et de Lokeren.