«Football Leaks»: L'agent Pini Zahavi au cœur de l'enquête de la justice belge

FOOTBALL La Belgique veut les documents du hacker Rui Pinto…

A.H. avec AFP

— 

Pini Zahavi avec Nasser al-Khelaifi
Pini Zahavi avec Nasser al-Khelaifi — Alain Jocard / AFP

La justice belge souhaite avoir accès aux documents sur les dessous du foot business révélés par le hacker portugais Rui Pinto, actuellement assigné à résidence à Budapest, a indiqué lundi le parquet fédéral belge. « Nous confirmons l’intérêt du parquet fédéral belge », a indiqué à l’AFP le porte-parole Eric Van Duyse. Selon la presse belge, la deuxième série de révélations a conduit la justice belge à ordonner une série de perquisitions en novembre, dans le cadre d’une enquête pour escroquerie et blanchiment autour du club de football de Mouscron (1re division belge).

Au cœur de cette enquête figure l’agent de joueurs israélien Pini Zahavi, artisan de la venue de Neymar au PSG à l’été 2017 en provenance du FC Barcelone. Cet agent est soupçonné par la justice belge de contrôler illégalement le Royal Excel Mouscron.

« Des mécanismes d’évasion fiscale »

Présenté par sa défense comme un des lanceurs d’alerte à l’origine des « Football Leaks », Rui Pinto a été arrêté le 16 janvier en Hongrie en vertu d’un mandat d’arrêt européen émis par les autorités portugaises. Le hacker s’oppose à cette extradition et ses avocats ont affirmé, rapidement après son arrestation, que les justices suisse (en charge des dossiers concernant la Fifa) et française avaient requis sa coopération.

Diffusés en deux temps, d’abord fin 2016 puis à l’automne 2018, les millions de documents piratés baptisés « Football Leaks » ont conduit à une série de révélations sur les coulisses du football. Ces documents, exploités par un consortium de médias européens, ont notamment mis au jour des mécanismes d’évasion fiscale, des soupçons de fraude et de corruption dans l’univers du football, mettant en cause plusieurs joueurs vedettes et dirigeants de clubs.