Cyclisme: «On refuse 80% des demandes!»... Comment le Tour de la Provence a changé de dimension

CYCLISME Pour la première fois, le Tour de la Provence va être diffusé sur la chaîne L’Equipe. La course pourrait attirer jusqu’à 500.000 téléspectateurs

Jean Saint-Marc

— 

Le Tour de la Provence a dû limiter le nombre de voitures qui accompagneront le peloton.
Le Tour de la Provence a dû limiter le nombre de voitures qui accompagneront le peloton. — A. Mourad / SIPA
  • La quatrième édition du Tour de La Provence, qui débute ce jeudi, est la première à être retransmise en direct à la télévision, en clair, sur la chaîne L’Equipe.
  • Cela change tout pour les organisateurs, dont la priorité est d’assurer la sécurité des coureurs.

Une vue mer, dans l’immobilier, c’est 15 % plus cher. En vélo, ça n’enlève rien au pourcentage de pente. « La montée de la route des crêtes est terrible… J’espère pour eux que chaque coureur sait exactement où il va mettre ses roues », sourit Marion Rousse, championne de France sur route en 2012 et désormais directrice adjointe du Tour de la Provence. La course cycliste démarre ce jeudi avec un contre-la-montre aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Mais l’étape la plus attendue est celle du vendredi, avec une montée épique entre Cassis et La Ciotat : 2,8 kilomètres à 9,8 %, avec des vues plongeantes sur les calanques et la mer Méditerranée.

Marion Rousse a fait la reconnaissance avec son mari Tony Gallopin. Deuxième de l’édition 2018, Gallopin est une des têtes d’affiche de l’édition 2019. Une course particulièrement relevée : Thibaut Pinot, Philippe Gilbert, Warren Barguil, Lilian Calmejane, Gorka Izagirre, Sep Vanmarcke et Pierre Rolland s’alignent eux aussi au départ. « On a composé un superbe plateau… Nous sommes en concurrence avec le Tour de Colombie et le Tour d’Oman, mais on a réussi à convaincre les coureurs », se félicite le directeur du Tour de la Provence, Pierre-Maurice Courtade.

Conditions financières « intéressantes »

Ces négociations, qui ont débuté de façon informelle à l’été 2018, se sont très bien déroulées. Et, cerise sur le gâteau, ce plateau a suscité l’intérêt de la chaîne L’Equipe qui diffusera cette année l’épreuve. C’est une première en quatre années d’existence. « Ça s’est fait à la dernière minute, on a commencé à discuter juste avant Noël, dévoile Pierre-Maurice Courtade. Notre projet nous a permis de signer pour deux ans, avec des conditions financières intéressantes et, surtout, un format très séduisant à l’antenne ! »

L’Equipe va retransmettre deux heures de course en direct, avec un plateau d’une heure au départ et un autre, d’une heure également, sur la ligne d’arrivée. Un hélicoptère, un avion relais et trois motos seront mobilisés. Quarante journalistes et techniciens seront sur place. « Nous n’avons pas de point de référence pour les audiences, puisque c’est une première, glisse une porte-parole de la chaîne sportive. Mais L’Etoile de Bessèges, une autre course française produite par L’Equipe, a réalisé un pic d’audience à 544.000 téléspectateurs le samedi 9 février ! » De quoi faire changer le Tour de la Provence de dimension. A moins que cela ne soit déjà le cas ?

Les partenaires mis sur le bord de la route

Pierre-Maurice Courtade en est persuadé. « Cette année, on doit refuser 80 % des demandes ! On a des contraintes logistiques compliquées, notamment les accès sur des parkings. » La sécurité des coureurs est, évidemment, l’obsession du jeune directeur de course, formé par Jean-François Pescheux, membre de l’organisation du Tour de France entre 1982 et 2013. « Il m’a toujours dit : “Une course, c’est une ligne de départ, une ligne d’arrivée ! Le reste, c’est de l’artifice” », raconte le boss du Tour de la Provence.

Il a décidé de réduire au minimum le nombre de voitures qui accompagneront le cortège. Seulement cinq voitures de partenaires suivront la course, contre une vingtaine l’année dernière. Il y aura au total une douzaine de motos et quinzaine de voitures autour du peloton… Sans compter les 42 « breaks » des directeurs sportifs.

« On n’a pas les moyens du Tour de France​ pour assurer la sécurité des coureurs, conclut Pierre-Maurice Courtade. Donc on s’adapte, on fait une course à notre image. » En espérant que celles des cameramen de L’Equipe mettront en valeur la région.