HBC Nantes-PSG: «Quand tu prends plus de 30 buts, tu ne bats pas Paris...», peste Anti

HAND En phase de poule de la Ligue des champions, le «H» est tombé sur un Paris beaucoup plus fort que lui (31-35), jeudi soir, à Beaulieu...

David Phelippeau

— 

Nyokas face à trois Parisiens. (archives)
Nyokas face à trois Parisiens. (archives) — Coudert/Sportsvision/SIPA

Un récital parisien. Tous les Nantais ont fait le même implacable constat : « Ce soir, on est tombés sur meilleur que nous… » Ce jeudi soir, à Beaulieu, en phase de poule de la Ligue des champions, le HBCN s’est accroché, mais a cédé assez logiquement (31-35) contre un PSG qui avait tout d’une machine de guerre.

Un rouleau compresseur qui a fait voler en éclats le HBCN lors des 20 premières minutes (6-13, 20e). Paris n’est pas leader de la poule et en pole position pour se qualifier directement pour les quarts de finale pour rien. « Je ne m’explique pas pourquoi on a joué sur ce faux rythme en début de match, analyse le coach Thierry Anti. On était trop lents pour les mettre en difficultés. On s’est fait punir. » Le HBCN aurait pu sombrer contre ce qu’il se fait sans doute en ce moment de mieux sur la scène européenne, voire mondiale. « On a essayé de s’accrocher, retient toutefois Arnaud Siffert, auteur de 5 arrêts sur 24 tirs. Malheureusement, à chaque fois, ils nous ont repoussés un petit peu plus loin… »

Omeyer écœurant dans les moments clés

Nantes est bien revenu à 1 but en tout début de seconde période (20-21, 37e) puis 3 buts à 8 minutes de la fin (27-30, 52e), mais Karabatic (1/1), Remili (4/5), Sagosen (3/6) pour ne citer qu’eux ont ruiné tout espoir de voir la salle de Beaulieu totalement reprendre espoir. Derrière, Omeyer (17 arrêts sur 47 tirs) s’est aussi chargé de décourager les joueurs nantais dans des moments clés.

« C’est relativement simple, Paris a été plus fort que nous déjà, analyse, sobrement, le coach Anti. Paris mérite largement sa victoire aujourd’hui. Quand tu prends plus de 30 buts, tu ne peux pas battre le PSG. » Feliho, le capitaine : « Il y a de place contre Paris, mais tu dois faire un match parfait et le nôtre n’a pas été parfait. Cela serait passé contre une autre équipe, mais pas contre eux… » Il faudra maintenant pour le HBCN (4e de la poule) que ça passe au moins une fois à Skjern ou à Flensbourg ou contre Szeged à domicile pour poursuivre sa route en Ligue des champions.