Nantes-PSG: Fin de match folle... Un but d'Hansen à deux secondes de la fin envoie le HBCN au tapis

HANDBALL En s'imposant sur le fil (29-30) à Nantes ce jeudi soir, Paris prend trois points d'avance sur ces mêmes Nantais...

David Phelippeau

— 

Le désarroi des Nantais (archives).
Le désarroi des Nantais (archives). — Catherine Steenkeste/SIPA
  • Le HBC Nantes a cédé sur le fil (29-30) ce mercredi soir contre Paris.
  • Le titre de champion de France s'éloigne pour les Nantais.

Et il entra Hansen. 29-29. Il reste une dizaine de secondes.Nantes et le PSG, qui se sont livré un mano a mano incroyable dans une ambiance XXL (Hall XXL de la Beaujoire, sont a égalité ce mercredi soir. Le duel entre le leader de D1 (PSG) et son dauphin, Nantes, tient toutes ses promesses. Fin du temps mort. Ballon pour Paris. Balle de match. Hansen, stratosphérique (10/12), déclenche. Le tir fait trembler les filets de Dumoulin et glace le Hall XXL et ses 9.500 spectateurs. Le PSG, pourtant brimbalé une grosse partie du match (14-13 à la pause), peut exulter. Il l’emporte (30-29).

Thierry Anti, le coach nantais, peut lui, quelques minutes plus tard pester. « Il suffit juste d’être un peu plus vigilant sur la dernière action, sur Hansen. Personne ne sort sur lui alors que c’est la balle de match et alors que je le dis au temps mort ! » Nantes peut nourrir d’immenses regrets. Pourquoi ? « On n’était pas loin, râle le capitaine Rock Feliho. On a manqué pas mal de balles de + 3 [20-18 à la 42e]. Ça se joue à un ballon. On revient à la folie [25-28 pour Paris à 5 minutes de la fin]. C’est frustrant car à certains moments clés, on n’a pas su saisir notre chance. »

Trop de talents en face

Par maladresse à l’image de Nicolas Tournat (2/6) - « je loupe au moins cinq tirs à 6 m, c’est énorme », avoue l’intéressé -, par manque de chance (six poteaux pour le HBCN sur toute la partie), parce que les gardiens de but (Dumoulin et Siffert) n’ont pas été assez décisifs (à peine 3 arrêts en seconde période) et parce que tout simplement le HBCN n’a pas de joueurs d’immense talent comme Hansen, Remili (6/13) ou Gensheimer (3/4).

« Cela fait sacrément chier car on fait le match qu’il faut, lance d’abord Cyril Dumoulin, avant de pointer du doigt des manquements sur cette rencontre. Ce qui est gênant, c’est qu’on annonce des choses et on ne les fait pas. On a évolué, on n’a pas refait les erreurs de la semaine dernière [défaite 34-30 en Coupe de la Ligue], mais on en a fait d’autres. Il va falloir aller plus vite si on veut que l’élève dépasse le maître. » Un discours qu’on a l’impression d’entendre assez souvent quand le HBCN affronte le PSG…

Le titre s’est sans doute envolé

A mi-championnat, le PSG possède désormais trois points d’avance sur le HBCN (2e). Adieu le titre de champion de France pour les Nantais, qui le briguent cette saison ? « Il y a de fortes chances, répond Dumoulin, lucide. Paris a son titre entre ses mains. Cela va être compliqué. Maintenant, il va falloir regarder Paris pour savoir si tu as une chance de le jouer. » Et cette dernière est devenue très mince depuis ce mercredi soir.