Skjern - HBC Nantes: «L'occasion est trop belle, on veut y aller», s'exclame Thierry Anti

INTERVIEW Le H est à soixante minutes d’une qualification historique pour le « Final Four » de la Ligue des champions…

Propos recueillis par Quentin Burban

— 

Thierry Anti, entraîneur du HBC Nantes depuis 2009.
Thierry Anti, entraîneur du HBC Nantes depuis 2009. — S.Artu / HBCN
  • Ce dimanche à 16h50, le HBC Nantes dispute à Skjern (Danemark) sa demi-finale retour de Ligue des champions. Une qualification pour le Final Four à Cologne est en jeu.
  • Le club retransmet le match en direct sur écran géant à la salle de la Trocardière, à Rezé. Ouverture des portes à 15h45. Pour y accéder, il faut obligatoirement se munir d’un billet sur billetterie.hbcnantes.com même si l’entrée est gratuite pour les abonnés. 2 € pour le grand public. Le placement sera libre.

Vainqueur à l’aller (33-27) dimanche, le « H » se sait en position de force avant d’aller défier en match retour, les Danois de Skjern ce dimanche à 16h50. Thierry Anti et ses joueurs vont vivre le match d’une vie. Les Nantais peuvent écrire l’histoire avec un grand H. Et Thierry Anti le sait…

Thierry, avec vos six buts d’avance, dans quel état d’esprit vous déplacez-vous au Danemark ?

Les joueurs sont très concentrés et savent qu’ils sont proches d’un exploit. Aller au Final Four de Cologne, ce serait incroyable. Pour bien nous préparer, nous avons revu les dix dernières minutes du match aller mardi soir et le match dans son intégralité jeudi. Le fait que nous n’avions pas de match cette semaine nous a permis de le faire. On essaye de revoir d’autres matchs aussi. De toute façon, Skjern jouera son jeu. A nous d’être solide.

Peut-il vraiment vous arriver quelque chose ?

Oui, bien sûr. En trente ans de Coupe d’Europe, j’en ai vu… Surtout avec la formule des matchs aller-retour. Il y a des retournements de situations qu’on ne croit pas possible mais qui se réalisent. Par exemple, l’avant-dernière finale de la Ligue des champions (2015-2016) quand Kielce (Pologne) a battu Veszprém (Hongrie) (39-38 aux t.a.b). Ils ont gagné sur des choses improbables. Ils étaient à la rue avec huit buts de retard à quinze minutes du terme, rien ne fonctionnait et Vesprém jouait presque en rigolant…Kielce a arraché les prolongations sur un but à deux secondes de la fin du match ! J’étais derrière les bancs de touche pendant ce match. C’est le dernier exemple en date, mais il y en a eu d’autres. Mais cela reste rare...

Comment le groupe se sent à l’approche de ce match décisif ?

Le groupe est très concentré et c’est très bien. C’est à nous de prendre nos responsabilités. L’équipe sera bien préparée pour répondre présent au combat qu’ils nous imposeront. Nous ne sommes pas dupes et nous savons que Skjern est capable de tout. Lors de leur match aller contre Veszprém en huitième de finale, ils ont réussi à gagner avec un avantage de sept buts (32-25) et perdre de cinq buts au retour (29-34). Ils sont capables de tout. Ils ont réussi à mener très vite de six, sept buts. Peu importe le score, Skjern joue son handball et ne lâche rien. On ne veut pas s’enflammer. Même dans les rêves les plus fous, personne n’aurait pu imaginer le HBC Nantes dans le Final Four. L’occasion est trop belle, on veut y aller.