Finale de la coupe Davis: Lucas Pouille veut oublier sa saison en enfer

TENNIS Joueur le mieux classé de l'équipe de France, le Nordiste veut se racheter après une saison individuelle très compliquée...

Francois Launay

— 

Lucas Pouille prépare la finale depuis plusieurs jours
Lucas Pouille prépare la finale depuis plusieurs jours — F.Lo Presti/AFP
  • Lucas Pouille a vécu une année très compliquée sur le circuit.
  • Deuxième joueur français, il n’est pas sûr de débuter la finale contre la Croatie vendredi, même si le Nordiste a brillé cette saison dans l’épreuve ce qui lui offre des garanties.

Ce jeudi midi, Lucas Pouille sera fixé. Le numéro 4 français ( derrière Richard Gasquet blessé et forfait, Gaël Monfils et Gilles Simon) saura s’il va disputer sa deuxième finale de coupe Davis en simple. Vainqueur du match décisif face aux Belges l’an passé, le Nordiste n’est pas encore sûr de jouer vendredi contre la Croatie.

Si son classement actuel (32e à l’ATP) fait de lui le meilleur joueur de la sélection sur le papier, sa saison très compliquée pourrait lui valoir d’être dépassé sur le fil par Jérémy Chardy (40e à l’ATP) et Jo-Wilfried Tsonga (259e mondial) de retour sur les terrains après une longue blessure.

Une saison 2018 ratée

Dixième joueur mondial en mars 2018, Lucas Pouille s’est totalement effondré depuis. Il a bien remporté l’Open Sud de Montpellier en février mais ses performances dans les gros tournois ont été désastreuses.

Incapable d’atteindre les huitièmes de finale d’un seul tournoi du grand chelem et de Masters 1000, le joueur de 24 ans a nagé en plein doute cette saison. Au point de se séparer en novembre d’Emmanuel Planque, son entraîneur depuis six ans.

« J’ai mis pas mal de choses derrière moi »

« J’ai quitté Bercy (son dernier tournoi de l’année) avec beaucoup de déception. C’était la fin d’une année compliquée, il fallait réussir à tourner la page. J’ai eu le temps pour faire d’autres choses, réfléchir sur ce qu'il s’était passé, pour prendre du temps pour moi, pour prendre des décisions. J’ai pu attaquer ce stage de coupe Davis avec l’esprit libre en ayant mis pas mal de choses derrière moi », raconte le joueur français.

Rasséréné par cette coupure salutaire, Lucas Pouille assure avoir retrouvé la confiance depuis le début du stage de l’équipe de France. Arrivés dans la métropole lilloise depuis le 12 novembre, les Bleus se remettent à niveau pour défier les favoris croates ce week-end au stade Pierre Mauroy. « Aujourd’hui, j’arrive à ne me focaliser que sur le terrain, que sur le travail que j’ai à fournir. Je me sens plutôt frais dans la tête, pas fatigué. Je n’ai pas forcément besoin de me dire que je suis en vacances dans cinq jours », poursuit le 32e joueur mondial qui a très envie d’en découdre.

La coupe Davis porte Lucas Pouille

Il faut dire que la coupe Davis donne souvent des ailes à Lucas Pouille. S’il a galéré cette saison sur le circuit, le Nordiste n’a jamais déçu avec les Bleus. Vainqueur de ses deux simples contre les Italiens en quart de finale, il a aussi remporté son match contre l’Espagnol, Bautista Agut, en demie. Des résultats et une assurance qui lui donnent sans doute un avantage pour être retenu en finale. Même si le Nordiste assure ne pas en faire une obsession.

« J’ai toujours donné le maximum depuis trois ans. J’ai gagné, j’ai perdu mais, à chaque fois, j’ai tout donné. Si Yannick (Noah) décide de m’aligner ce week-end, je serai le plus heureux. Et en même temps, on peut être le plus heureux le vendredi et être le plus triste deux jours après. La finalité, ce n’est pas d’être sur le terrain, c’est de gagner. Si la meilleure équipe c’est Jo et Jeremy en simple, je serai avec eux et on la gagnera comme ça ». Quoi qu’il arrive en cas de victoire, Pouille sera sur la photo. Mais vu son passé récent, nul doute qu’il a envie d’être au premier plan.