OM: «C'est rien, c’est pour les télés ça», Rami revient sur son embrouille avec Payet

FOOTBALL Tout le monde était très énervé après la défaite contre la Lazio, et ça peut se comprendre…

N.C.

— 

Adil Rami en conf' de presse.
Adil Rami en conf' de presse. — A.-C. Poujoulat / AFP

Une soirée à oublier pour tous les Marseillais. Trimballés par la Lazio et logiquement battus (1-3), les joueurs de Rudi Garcia étaient à cran à la fin de la rencontre. Adil Rami et Dimitri Payet, notamment, n’ont pas attendu d’être rentrés au vestiaire pour s’expliquer. Les images de leur petite embrouille ne sont pas passées inaperçues, et les intéressés ont été interrogés dessus après la douche.

Pas de soucis, les esprits étaient déjà calmés. Le défenseur central a pris sur lui. « Il ne s’est rien passé, c’est pour les télés ça, ou pour les magazines de merde que vous lirez demain dans le TGV. Mais c’est de ma faute, je n’aurais pas dû m’énerver », a-t-il reconnu. Son capitaine n’a pas l’air de lui en vouloir. « On n’est pas d’accord sur un fait de jeu. C’est arrivé, ça arrivera encore, a-t-il réagi pour RMC Sport​. Il n’y a rien d’alarmant. On s’est dit les choses comme on le fait toujours. On en parle sur le terrain, on en parle après. On essaie de trouver la meilleure solution pour que ça ne se répète pas. »

Et le coach, qu’en pense-t-il de tout ça ? Du bien, en tout cas sur ce que cela signifie dans le fond. « Je ne sais pas ce qu’ils se sont dit, je leur demanderai, je pense que tout le monde était très énervé, moi le premier, par cette défaite, a déclaré Rudi Garcia. Tant que c’est resté respectueux, ce n’est pas un problème de voir des joueurs s’engueuler, ça prouve au moins qu’il y a une réaction. Maintenant, il faut relever la tête, c’est déjà dimanche, un gros adversaire, il va falloir montrer largement autre chose. »