Equipe de France: Philippe Tournon regrette la timidité de Fekir ou Lemar face aux médias

FOOTBALL Le désormais ex-chef de presse des Bleus milite pour une vraie formation des joueurs à l'exercice médiatique...

N.C.

— 

Nabil Fekir accompagnéde Philippe Tournon, le 24 mars 2015
Nabil Fekir accompagnéde Philippe Tournon, le 24 mars 2015 — F.FIFE/AFP

N'est pas Adil Rami qui veut. Avec la diffusion en direct sur les chaînes d'info ou Internet de toutes les conférences de presse de l'équipe de France pendant les grandes compétitions, le grand public se rend compte que les Bleus n'ont pas tous la même aisance face aux médias. Loin de là, même. Lors de la Coupe du monde en Russie, cela n'a échappé à personne que Thomas Lemar ou Nabil Fekir, par exemple, semblaient passer un très mauvais moment quand leur tour venait. 

Invité du Vestiaire sur RMC Sport, lundi, Philippe Tournon a raconté comment il souffrait avec eux sur l'estrade de l'auditorium du musée d'Istra, où se déroulaient les confs des Bleus. «J’avais mal pour eux parce qu’ils étaient mal à l’aise, la question était toujours plus longue que la réponse. Ils ne développaient pas et avaient pourtant des choses à dire.»

Le désormais ex-chef de presse de l'équipe de France plaide pour une vraie formation de ceux qui en ont besoin, jugeant «invraisemblable qu’un joueur arrivant en équipe de France ait une attitude de crainte ou de gêne par rapport à un micro ou une caméra». Les cours de media training existent dans les clubs, mais doivent être renforcés selon lui.

«Pas possible de voir cela comme un corps étranger»

«Je sais que la Fédération fait des efforts en ce moment dans ce sens (...), a ajouté Tournon. La timidité s’apprivoise et se travaille. N’Golo Kanté, Nabil Fekir ou Thomas Lemar sont des garçons qui doivent apprendre à maîtriser une caméra ou un micro. Ce n’est pas possible de voir cela comme un corps étranger. C’est mon grand regret.»