Volley: Pour son retour au plus haut niveau, Marcq-en-Baroeul ne veut pas faire de la figuration

VOLLEY Le club nordiste est de retour au plus haut niveau du volley féminin français...

Francois Launay

— 

Les Marcquoises vont faire leurs débuts au plus haut niveau
Les Marcquoises vont faire leurs débuts au plus haut niveau — Robin Morelle
  • Marcq-en-Barœul débutera mardi à Paris sa première saison de Ligue A depuis dix-huit ans.
  • Un retour au plus haut niveau travaillé tout l’été par les dirigeants.
  • Plein d’ambitions, le VCMB espère se glisser en milieu de tableau pour son retour au premier plan.

Dix-huit ans après sa seule saison à ce niveau, le Volley Club de Marcq-en-Barœul (VCMB) s’apprête à retrouver la Ligue A féminine, la division la plus haute du volley féminin français. Mardi à Paris, les Marcquoises, seules représentantes des Haut-de-France à ce niveau, espèrent bien débuter cette nouvelle aventure attendue depuis des mois par les dirigeants du club. Vincent Joly, président du VCMB, nous raconte la préparation de ce nouveau monde.

Un budget revu à la hausse

« Les bénévoles et les partenaires institutionnels et privés ont répondu présent pour répondre aux exigences de la DNACG (gendarme financier du volley français). La mairie a doublé sa subvention qui est passée de 75 000 à 150 000 euros. La région est passée de 90 000 à 180 000 euros. Le département nous a apporté 75 000 euros et la MEL nous a beaucoup aidé en nous versant 95 000 euros. Au total, nous aurons un budget de 800 000 euros, soit près de 300 000 euros de plus que l’an passé, ce qui nous situe dans le dernier tiers du championnat (douze équipes) A terme, j’aimerais monter en puissance au niveau des partenaires privés. »

Une salle à rénover

« Je suis Marcquois et on a beaucoup bossé pour atteindre ce niveau-là. On pouvait aller jouer à Tourcoing mais Bernard Gérard, le maire de Marcq, a accepté de faire des travaux dans la salle Saint-Exupéry où se situe le club. Il y a eu une mise aux normes avec notamment la création d’un espace VIP pour répondre aux exigences de la Ligue. Mais il reste un point à régler : nous n’avons pas la capacité d’accueil de 1 200 places exigée par la LNV (Ligue nationale de volley). Mais après discussion avec le président de la Ligue, nous avons obtenu une dérogation de deux ans pour trouver une solution (la salle actuelle a 550 places). Et nous jouerons trois à quatre grosses affiches sur le parquet de Tourcoing ».

Des ambitions affirmées

« On va apporter toute notre fraîcheur au championnat avec une équipe qui aura pour mission de titiller les plus gros. On a réussi à garder nos meilleures joueuses et on s’est renforcé avec l’arrivée de trois recrues. Du coup, on ne se battra pas pour le maintien mais bien pour le milieu de tableau à savoir entre la cinquième et la huitième place. Et d’ici trois à quatre ans, pourquoi ne pas viser une place en coupe d’Europe. On veut vraiment s’installer sur le long terme au plus haut niveau français sinon ce n’est pas marrant. »