Ligue 2 : «J'ai d'autres ambitions que finir treizième de Ligue 2» assure Réginald Ray, le coach de Valenciennes

FOOTBALL L'entraîneur du VAFC fait le bilan d'une saison compliquée...

François Launay
— 
Réginald Ray est le nouvel entraîneur du VAFC
Réginald Ray est le nouvel entraîneur du VAFC — VAFC
  • Arrivé en octobre à Valenciennes, l'entraîneur a conduit le VAFC à la treizième place de Ligue 2
  • Un classement pas satisfaisant pour le technicien nordiste
  • Le club veut se renforcer cet été pour avoir d'autres ambitions la saison prochaine

Quand ses joueurs sont en vacances depuis une semaine, Réginald Ray n’a pas encore fait ses valises. Avant de partir au soleil, l’entraîneur du VAFC travaille activement sur le recrutement en vue de la saison prochaine. Arrivé mi-octobre dans le Nord en remplacement de Faruk Hadzibegic limogé​, le technicien, sous contrat jusqu’en juin 2019, ne veut pas revivre une saison aussi compliquée. Si VA s’est maintenu pour la quatrième année d’affilée en Ligue 2, le coach aimerait avoir d’autres ambitions que l’a deuxième partie de tableau.

Quel bilan tirez-vous de la saison du VAFC ?

Ce n’est pas satisfaisant. J’ai d’autres ambitions que finir 13e de Ligue 12. Il y a plein d’explications à tout ça. Le premier responsable c’est moi. Et puis, on a été trop friables défensivement, pas assez performants à domicile (5 victoires en 19 matchs). Et souvent, les équipes qui jouent des choses sont solides défensivement et performantes à domicile. A l’inverse, tout n’est pas à jeter. On a un bon bilan à l’extérieur. Des jeunes se sont révélés. Mais on a des axes de travail importants pour la suite.

Qu’avez-vous vécu cette saison que vous ne voulez pas revivre l’an prochain ?

J’ai constaté qu’il y avait de l’ambition à Valenciennes mais qu’il n’y avait pas forcément d’actes en ce qui concerne le sportif. VA est un club qui a connu la Ligue 1 récemment, qui a des infrastructures de Ligue 1. On sent des aspirations à retrouver l’élite. Mais ce n’est pas quelque chose qui se décrète. Ça se travaille au quotidien.

Mon idée c’est de remettre de l’exigence et de la rigueur dans tous les compartiments. On a eu beaucoup de blessures cette saison et on en pâtit fortement. L’affaire Mothiba ne nous a pas aidés non plus. Même s’il n’est parti que fin janvier, dès qu’il a été recontacté par Lille fin novembre, il n’était plus là mentalement. C’est embêtant quand c’est ton meilleur buteur (9 buts).

Quels postes allez-vous cibler pour le recrutement ?

On aimerait recruter entre cinq et sept joueurs. On travaille là-dessus depuis mal de temps avec José Saez et Rudy Mater. De façon certaine, on va recruter un latéral gauche et un latéral droit. On va aussi se renforcer au milieu avec des profils différents. Devant, on va se renforcer sur les côtés dans un premier temps. Et peut-être aussi dans l’axe en fonction de l’évolution de l’effectif.



Et puis, on va surtout essayer de garder des joueurs qui sont en fin de contrat. Ça avance bien en termes de prolongation pour Sébastien Roudet, Lossemy Karaboué, Cyrille Merville et Elhadj Dabo. Damien Perquis, à qui il reste un an de contrat, sera là la saison prochaine. Une prolongation de contrat est à l’étude. Ce qui est sûr, c’est que je ne veux pas un groupe large. Je veux un groupe de joueurs entre 20 et 22 joueurs de champ plus trois gardiens pour que tout le monde se sente concerné.



Vous attendez-vous à beaucoup de départs ?

On a un joueur comme Sikou Niakaté qui est très sollicité (notamment en Angleterre). Ce sera compliqué de le retenir. Mais si tout le monde y trouve son compte, ça permettra d’avoir une marge financière plus intéressante pour recruter. Il y aura aussi des départs de joueurs sous contrat qui pourront aller chercher du temps de jeu ailleurs.

Après on souhaite garder des joueurs comme Julien Masson ou Tony Mauricio. Même si le cas Lebo Mothiba (reparti cet hiver au LOSC) nous montre qu’en fonction des offres qu’on reçoit sur la table, tu peux passer au second plan. Mais ce sont des joueurs sur lesquels je compte. Je sais qu’ils ont envie de rester et ils savent aussi que leur évolution passe par leurs performances sur la durée avec Valenciennes. Ils ont encore besoin de confirmer et ne sont pas encore prêts à partir pour être numéro 1 dans un club un peu plus haut.

Quelles seront vos ambitions la saison prochaine ?

J’ai payé un coup aux joueurs après le maintien mais ça m’a fait « chier ». Ça veut tout dire. Mais l’ambition ça se construit. Pour cela, il faut un effectif compétitif. Et développer des axes de travail dès la préparation. Etre plus solide, plus compétiteur. Et puis, si t’es performant sur chaque match, et pas sur un ou deux matchs, à un moment donné, tu iras voir en haut. J’ai beaucoup d’ambition mais je sais que ça passe d’abord par des étapes. Ça ne sert à rien d’annoncer des choses avant. C’est même très dangereux.