Las des résultats pourris de l'équipe, le président de l'Olympiakos envoie ses joueurs en vacances

FOOTBALL C'est définitivement officiel, on se marre bien avec le football grec...

W.P.

— 

Qu'est-ce qu'on se marre
Qu'est-ce qu'on se marre — Thanassis Stavrakis/AP/SIPA

Prise de conscience à 20 Minutes. Pourquoi s’emmerde-t-on à suivre le football français alors que ça a l’air beaucoup plus funky en Grèce ? Nouvel épisode dans l’univers du ballon rond hellène : le boss de l’Olympiakos, Evangelos Marinakis ( poursuivi pour trafic de drogue), a décidé d’envoyer ses joueurs en vacances à trois journées de la fin à cause des résultats décevants de l’équipe, à qui il a aussi collé 400.000 euros d’amende.

« Je vais rebâtir l’Olympiakos de fond en comble et il deviendra l’équipe dont nous rêvons. Moi et le reste des supporters vous avons assez tolérés. Vous partez aujourd’hui et vous allez en vacances », a ainsi tonné devant les joueurs Marinakis lundi, selon des propos rapportés par la presse grecque.

Les moins de 20 ans à la rescousse

Il a indiqué que très peu de joueurs de l’équipe actuelle seraient retenus pour les trois derniers matches de la saison, et que des jeunes de l’équipe des moins de 20 ans seraient promus à leur place. « Les équipes amateurs vivent avec le juste nécessaire, elles adorent l’Olympiakos et leurs supporters bien plus que vous », a-t-il poursuivi, promettant de réinvestir l’argent collecté par l’amende chez les amateurs du club.

« (Vous pensez davantage) à vos belles maisons et à vos voitures et vous n’en avez rien à faire de l’équipe », aurait aussi dit Marinakis aux joueurs, ajoutant « je paye des millions pour que vous ayez tout, à cause de vous j’ai viré trois entraîneurs, mais en fin de compte il semble bien que ce soit vous qui êtes en faute ».

>> A lire aussi : «Le pire entraîneur d'Angleterre» se venge de Mourinho après la défaite de Manchester United

Septuple champion de Grèce, l’Olympiakos va voir sa série s’arrêter. Le club est troisième derrière l’AEK Athènes et le Paok Salonique (le club du président armé). Une vraie fausse crise, donc.