Henry pour succéder à Wenger à Arsenal? «Titi» ne veut pas dire qu'il est chaud (mais il le dit quand même)

FOOTBALL L’ancien buteur des Gunners est habile dans sa com'…

A.L.G.

— 

Thierry Henry le 18 mars 2015.
Thierry Henry le 18 mars 2015. — Kieran McManus/BPI/REX/REX/SIPA

Thierry Henry maîtrise aussi bien sa communication aujourd’hui que ses enroulés du droit hier, quand il mettait à l’amende toutes les défenses d’Europe. Entraîneur des attaquants de la sélection de Belgique et consultant à la télévision anglaise pour Sky Sports, Titi est amoureux d' Arsenal, club où il aura passé une grande partie de sa carrière.

Et forcément, puisque tout porte à croire que son avenir s’écrit désormais sur un banc de touche en tant qu’entraîneur numéro 1, la question de la succession d’Arsène Wenger, toujours plus critiqué du côté des Gunenrs, s’est posée. Sur Sky Sports justement. Et là attention, grand numéro d’équilibriste joué par l’ancien n°12 d’Arsenal.

Je ne dis rien mais je le dis quand même

« Si je suis intéressé ? Oui, qui ne le serait pas ?, a-t-il répondu quand on lui a posé la question. Mais je préfère ne pas en parler pour le moment, par respect pour l’homme qui occupe actuellement cette fonction et pour le poste que j’occupe actuellement en Belgique. Mais qui ne serait pas intéressé ? »

On notera deux choses. La première, c’est qu’il ne cite pas Arsène Wenger nommément, mais parle de « l’homme qui occupe actuellement cette fonction », ce qui, dans un monde où la communication joue un rôle majeur, n’est pas un détail anodin. Ensuite, Henry semble très à l’aise pour parler d’un sujet dont il ne veut pas parler. En gros, il ne souhaite pas donner son avis sur ses envies, tout en le donnant quand même. Fort, très fort.