VIDEO. JO 2018: Alexis Contin, le patineur «exilé» qui veut faire briller la France

JEUX D'HIVER Le Malouin doit s’exiler pour s’entraîner, faute d’infrastructure…

Camille Allain

— 

Le patineur français Alexis Contin, ici lors des championnats du monde en Russie, en 2016.
Le patineur français Alexis Contin, ici lors des championnats du monde en Russie, en 2016. — Ivan Sekretarev / AP / SIPA
  • Le Malouin Alexis Contin démarre ses JO dimanche par le 5.000 mètres.
  • Le patineur espère une médaille sur l’une de ses trois épreuves.
  • Le sportif a connu d’importants pépins de santé qui l’ont privé de médaille à Sotchi.
  • Depuis son ablation de la thyroïde, il s’entraîne dur… mais à l’étranger, faute d’infrastructures en France.

En 2014, il avait tiré un trait sur son rêve olympique à dix jours des JO de Sotchi à cause d’une maladie de la thyroïde. Quatre ans plus tard, Alexis Contin est de retour. Le Malouin, spécialiste du patinage de vitesse, sera sur la glace de Pyeongchang ce dimanche (8h, heure française) pour la première de ses trois épreuves, le 5.000 mètres. Et c’est presque un miracle quand on connaît le parcours du garçon. Multiple champion de roller, Alexis Contin n’est même pas reconnu par sa fédération et doit partir s’entraîner à l’étranger, la France ne disposant pas d’anneau de glace.

Il y a cinq mois, il a donc quitté le foyer familial de Saint-Malo, laissant sa femme et son tout jeune bébé pour partir s’entraîner. D’abord à Berlin, puis aux Pays-Bas et enfin à Salt Lake City, aux Etats-Unis. Souvent seul, le patineur est accompagné de son fidèle coach Alain Nègre, le directeur technique de la fédération… de roller. « Moi la solitude, je ne la ressens pas plus que ça. Ce choix de préparation, il a été assumé, décidé, on sait que c’était le mieux. Donc y a pas de souci. Je me suis préparé de la meilleure des manières. Oui j’ai dû m’expatrier pas mal, partir cinq mois de la maison, mais quand c’est un choix assumé, ce n’est pas un si grand sacrifice », a déclaré Alexis Contin face aux médias mercredi.

>> Histoire improbable: Quand la Corée du Nord arrachait une médaille à Albertville

Agé de 31 ans, celui qui a tout gagné en roller participera à ses troisièmes JO. A Vancouver il y a huit ans, il avait glané de très belles 4e et 6e places alors qu’il venait de se « convertir » à la glace. Imaginez donc ce qu’il vise en Corée du Sud. « Alexis est quelqu’un d’incroyable. Quand il s’engage dans une compétition, il ramène toujours un titre ou un podium. C’est un battant. Il est sûr de lui, c’est vraiment un exemple de courage », témoigne Damien Lahaye, coordinateur de l’événement Rennes sur Roulettes.

Issu du monde du roller, Alexis Contin est surtout un spécialiste de la mass-start, une discipline qui fait son entrée aux JO cette année. La course aura lieu la veille de la clôture. Jamais la France n’a remporté de médaille olympique en patinage de vitesse. Le Malouin se verrait bien dans le rôle du premier.