Ligue 1: Benjamin Lecomte, le gardien de Montpellier, de plus en plus près de l’équipe de France?

FOOTBALL Le gardien du MHSC, meilleure défense de France, n’encaisse pas de but un match sur deux. Ces performances vont-elles bousculer la hiérarchie en équipe de France?...

Jérôme Diesnis

— 

Benjamin Lecomte a disputé vingt matchs depuis le début de la saison : dix fois, il a gardé sa cage vierge.
Benjamin Lecomte a disputé vingt matchs depuis le début de la saison : dix fois, il a gardé sa cage vierge. — Nicolas Bonzom / Agence Maxele Presse

Et de dix ! Benjamin Lecomte a rendu, samedi contre Monaco, sa dixième copie sans but encaissé. Dix clean-sheets, un match sur deux, et une question qui fait son chemin dans les debriefs des journalistes. Le gardien de Montpellier a-t-il sa place en équipe de France ?

>> A lire aussi : «On se met le cul par terre pour ne pas prendre de but»… Le MHSC freine encore un gros bras de Ligue 1

Pour Laurent Nicollin, la réponse est sans équivoque : « Il réussit un début de saison exceptionnel qui, selon moi, pourrait lui permettre d’être appelé comme troisième gardien. » Pour le président du MHSC, « Lecomte fait partie des cinq meilleurs gardiens de Ligue 1 ».

« Pas encore réalisable »

Benjamin Lecomte rêve de bouleverser la hiérarchie des gardiens, alors que se profile la Coupe du monde en Russie. « Quand on est Francais, qu’on aime le foot, qu’on a de l’ambition, l’équipe de France c’est le plus haut palier », reconnaît celui qui a sorti dix ballons chauds contre Monaco. « Est-ce réalisable aujourd’hui, s’interroge-t-il. Je ne le pense pas. Avant cela, il y a une très grosse saison à faire avec Montpellier. Mieux on sera classé, plus ça attirera l’œil sur tous les joueurs et moi en particulier. Alors, peut-être qu’en terminant meilleure défense à la fin de la saison, ça deviendra une possibilité. »

>> A lire aussi : Souleymane Camara, l’attaquant du MHSC, est éternel

Jouer à Montpellier peut-il être un handicap pour rejoindre les Bleus ? Si l’ancien Merlu ne s’enflamme pas, ce n’est pas selon lui cette situation qui peut le barrer. « Je n’ai qu’un exemple, reprend Benjamin Lecomte. Benoît Costil lorsqu’il jouait à Rennes. Cela prouve qu’avec de l’ambition, du travail et de la persévérance, on est capable d’atteindre certaines choses… »