Saint-Etienne-Montpellier: Le duo Cabella – Dabo, pour ceux qui les ont formés, c’était écrit!

FOOTBALL Rémy Cabella et Bryan Dabo ont peu joué ensemble au MHSC mais ont partagé les mêmes partenaires et formateurs, pas surpris de leur complicité et leurs performances...

Jerome Diesnis

— 

Saint-Etienne's French midfielder Bryan Dabo celebrates after scoring a goal during the French Ligue 1 football match Saint-Etienne (ASSE) vs Metz (FCM) on October 14, 2017, at the Geoffroy Guichard Stadium in Saint-Etienne, central France.  / AFP PHOTO / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
Saint-Etienne's French midfielder Bryan Dabo celebrates after scoring a goal during the French Ligue 1 football match Saint-Etienne (ASSE) vs Metz (FCM) on October 14, 2017, at the Geoffroy Guichard Stadium in Saint-Etienne, central France. / AFP PHOTO / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK — AFP

Bryan Dabo qui scande les slogans des supporters au milieu des Magic Fans, micro du capo en main, c’était l’une des images fortes du week-end en Ligue 1. « Il aime rigoler, se lâcher. Dans sa tête, c’est un artiste », sourit Bruno Lippini, qui a été son entraîneur au centre de formation du MHSC en U19.

>> A lire aussi : Ligue 1: «Je n’ai jamais triché, je ne reviens pas sur ma parole», estime Stéphane Sessègnon

Montpellier se rend, ce vendredi, chez les Verts, troisièmes de L1 porté par les ex-Montpelliérains, Bryan Dabo et Rémy Cabella. « Ils apportent énormément à un groupe, quand on leur fait confiance et qu’ils se sentent aimés, reprend Bruno Lippini. Leur état d’esprit fait souffler un vent de fraîcheur dans un vestiaire. »

>> A lire aussi : Montpellier: Né le jour du décès de Loulou, un club alsacien porte les couleurs du MHSC en son hommage

Dans l’Hérault, Dabo et Cabella ont peu joué ensemble. Le second, plus vieux de deux ans, a percé plus tôt. Mais leur proximité ne surprend pas ceux qui les ont connus au cours de leurs années de formation. « Pour qu’un groupe soit homogène, il faut différentes personnalités, note le gardien de but Laurent Pionnier. Rémy a toujours eu cette fraîcheur naturelle, mais aussi l’intelligence de savoir à quel moment il fallait être à l’écoute. »

Porte-parole des jeunes

Le gardien du temple montpelliérain est heureux de le voir à nouveau épanoui : « Il y a un profond respect entre nous. Il ne fait pas partie de ces joueurs qui oublient tout quand ils partent. Je garde en mémoire la façon dont il s’est occupé de mes parents quand nous étions venus jouer à Marseille. »

>> A lire aussi : Ligue 1: Ruben Aguilar, du fin fond de de la septième division... à Kylian Mbappé

Bryan Dabo, de son côté, a effacé deux ans à casser du banc. « Ça ne me surprend pas qu’il rebondisse, note Fabien Lefèvre, adjoint de Thierry Laurey à Strasbourg, qui l’a coaché en U17. C’est quelqu’un d’intelligent. Il sait se remettre en question. Il avait tendance à se relâcher quand c’était trop facile. Mais c’est l’un des plus gros potentiels que j’aie connus. Il est en train d’acquérir la maturité pour l’exprimer. »

>> A lire aussi : Ligue 1: Casimir Ninga, le retour d'un grand blessé au MHSC

Ses galères l’ont aidé à se construire et à modeler le jeune groupe stéphanois. « Par ses propres erreurs passées, il se fait le porte-parole des jeunes, reprend Fabien Lefèvre. Ne pas tomber dans le côté facile du métier, se croire arrivé après quatre matchs ou se prendre pour un incompris du football. » A Montpellier, Dabo était l’oreille d’une partie du vestiaire. « Ce n’était pas un cadre à proprement parler, il était trop jeune pour ce rôle-là. Mais lorsqu’on avait un message aux plus jeunes, c’est à lui qu’on le faisait passer », se souvient Laurent Pionnier. De l’oreille au micro, il n’y avait qu’un pas.