Contrôle anormal de Froome: «On n'a plus de crédibilité»... Le coup de gueule de Romain Bardet

CYCLISME Romain Bardet a peur pour l'image du cyclisme après le contrôle anormal de Chris Froome...

W.P.

— 

Froome et Bardet pendant la présentation du Tour 2018
Froome et Bardet pendant la présentation du Tour 2018 — Wilki/SWpix.com/Shutter/SIPA

Romain Bardet ne décolère pas. Plusieurs semaines après la révélation du contrôle dit « anormal » de Christopher Froome sur la Vuelta, où le leader de la Sky affichait un taux de salbutamol dans les urines deux fois plus élevé que la norme autorisée, le cycliste français dénonce « une hypocrisie » autour du salbutamol dans les colonnes de L’Equipe et s’inquiète pour le cyclisme.

>> A lire aussi : «Je comprends que cela puisse être un grand choc», Chris Froome réagit à son contrôle

« Le vélo risque de mourir »

Dans cet entretien publié mardi, Roro Bardet n’y va pas avec le dos de la cuillère : pour lui, « c’est très mauvais pour tout le monde que cela concerne la tête d’affiche de notre sport. Ça donne une connotation très négative du vélo à l’extérieur. » Outre la présumée tricherie, c’est donc les conséquences sur la réputation de son sport qui inquiète Bardet. « On n’a plus de crédibilité, ça devient inintelligible pour le grand public », a-t-il dit à propos de la qualification « d’anormal » du contrôle de Froome.

>> A lire aussi : VIDEO. «Il est bien connu que je souffre d'asthme»... Chris Froome peut-il s'en sortir sans trop de dégâts?

Autre point noir selon le leader d’Ag2r, le fait que l’affaire ait été gardée sous silence jusqu’à l’hiver :

« Je suis stupéfait que, sans une fuite dans la presse, on aurait passé sous silence ce contrôle et qu’on l’aurait peut-être appris dans quelques années. »

Régler la situation avant le début du Tour

L’une des possibilités est de voir cette affaire traîner en longueur, comme à l’époque de Contador et du clenbutérol. Et qu’une décision n’intervienne pas avant les grands tours de 2018. « Ce serait catastrophique pour l’image de la course et le monde du cyclisme, qui serait tourné en dérision. Le cyclisme deviendrait complètement illisible. » Malgré tout, Romain Bardet, n’accable pas Froome, l’humain, « quelqu’un de très courtois et respectueux ». C’est toujours ça de pris.