VIDEO. ASSE-Nîmes: Les Verts se sont «vidé la tête» et ont surtout récupéré un vrai buteur avec Robert Beric

FOOTBALL Les Stéphanois sont venus à bout des Nîmois (2-0) ce dimanche, en 32es de finale de Coupe de France...

A Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

Robert Beric (au centre), ici félicité par Jonathan Bamba et Bryan Dabo, n'a pas manqué son retour sous le maillot vert, ce dimanche en Coupe de France.
Robert Beric (au centre), ici félicité par Jonathan Bamba et Bryan Dabo, n'a pas manqué son retour sous le maillot vert, ce dimanche en Coupe de France. — JEFF PACHOUD-AFP
  • Longtemps ballottée malgré sa supériorité numérique (dès la 12e minute de jeu), l’ASSE s’est finalement qualifiée pour les 16es de finale de Coupe de France ce dimanche.
  • Un début d’année 2018 encourageant surtout illustré par le retour réussi de Robert Beric après un prêt manqué à Anderlecht.

L’arrivée de Jean-Louis Gasset et Ghislain Printant, la nouvelle année ou encore un stage en Espagne n’ont pas pu évacuer par magie les innombrables maux stéphanois. La première mi-temps contre Nîmes, ce dimanche, a dans ce sens été criante : les Verts ont parfois été baladés par un deuxième de Ligue 2 pourtant privé de son meilleur buteur Umut Bozok (suspendu) et réduit à dix dès la 12e minute après un tacle très engagé d’Olivier Boscagli sur Gabriel Silva.

Mais ce contexte favorable a finalement permis à l’ASSE de signer son premier succès depuis le 14 octobre (3-1 contre Metz en Ligue 1), grâce à une deuxième période bien plus enthousiasmante (2-0). « Dans le football, beaucoup de choses passent par la confiance et une décontraction, précise Jean-Louis Gasset, auteur d’un discours positif à la pause. Je sentais que nos joueurs pouvaient complètement plonger à la mi-temps. Il reste beaucoup de travail mais on avait besoin d’une victoire. »

>> A lire aussi : ASSE: Blessure à la cheville ou «conditions financières changées»… Pourquoi le transfert de Stefan Mitrovic a capoté

Les Verts se sont enfin lâchés comme rarement cette saison

Celle-ci est venue d’un revenant nommé Robert Beric. Transparent durant ses quatre mois de prêt à Anderlecht (0 but en 6 apparitions), l’attaquant slovène n’a pas mis longtemps à prouver qu’il n’avait rien perdu de son instinct de buteur. Entré à la pause à la place d’Hernani, il a débloqué la rencontre d’un joli coup de tête sur un coup franc de Rémy Cabella, lui aussi inspiré ce dimanche (1-0, 63e). A nouveau buteur (mais hors jeu) puis auteur d’une reprise pleine de spontanéité poussant Baptiste Valette à la parade, Robert Beric était partout (73e).

Egalement entré en jeu en deuxième période (60e), Jonathan Bamba s’est lui aussi illustré en inscrivant de volée son 6e but de la saison (2-0, 68e), et son premier dans le jeu depuis cinq mois. Dans leur sillage, les Stéphanois se sont enfin lâchés comme rarement cette saison durant la dernière demi-heure.

« Nous sommes repartis sur de nouvelles bases »

« Voir deux buts marqués par des attaquants, c’est de bon augure, insiste Loïs Diony, toujours en quête de sa première réalisation dans le Forez. On s’est vidé la tête durant la trêve. Dans la vie, il y a des périodes basses et nous sommes repartis sur de nouvelles bases. » Le véritable révélateur aura lieu dans les dix prochains jours avec des chocs en Ligue 1 face à deux concurrents directs dans la lutte pour le maintien, Toulouse et Metz.