VIDEO. ASSE: «Comment vous dire?»… Gasset bien embêté pour expliquer la redistribution des rôles avec Sablé

FOOTBALL Jusque-là adjoint de Julien Sablé, Jean-Louis Gasset est officiellement devenu l'entraîneur principal stéphanois mercredi, moins d'une heure avant le coup d'envoi de Guingamp-ASSE (2-1)...

Jérémy Laugier

— 

Jean-Louis Gasset, ici lors de sa première très spéciale en tant qu'entraîneur principal de l'ASSE, mercredi à Guingamp. FRED TANNEAU
Jean-Louis Gasset, ici lors de sa première très spéciale en tant qu'entraîneur principal de l'ASSE, mercredi à Guingamp. FRED TANNEAU — AFP
  • L’ASSE a encore surpris, en intronisant son troisième entraîneur principal de la saison, Jean-Louis Gasset, qui était jusque-là l’adjoint de Julien Sablé.
  • Très inquiétante sur le terrain avec une 16e place, la situation des Verts semble particulièrement floue au niveau du staff, avant une trêve hivernale s’annonçant déterminante.

La semaine s’annonçait pourtant « classique » à Saint-Etienne. Julien Sablé s’était présenté mardi pour la conférence de presse d’avant match, avant de filer à Guingamp. On pensait donc qu’il serait toujours bien l’entraîneur principal de l’ASSE en Bretagne, et que le club allait se résoudre à payer pour la première fois les 25.000 euros d’amende par match car celui-ci n’a pas le brevet d’entraîneur professionnel de football (BEPF).

La direction stéphanoise avait en effet une tolérance de 30 jours (finie après la défaite contre Monaco vendredi dernier) avant de devoir s’acquitter d’une amende à chaque rencontre de Ligue 1. Mais contrairement à ce qu’avait annoncé Roland Romeyer le 16 novembre (« Julien Sablé n’est pas en intérim »), la solution de l’ancien capitaine des Verts n’a pas fait long feu.

>> A lire aussi : AS Saint-Etienne: On a tenté de décrypter la semaine noire des Verts avec deux anciens coéquipiers de Julien Sablé

Un communiqué du club moins d’une heure avant le match

Arrivé en tant qu’adjoint de Julien Sablé le 22 novembre, Jean-Louis Gasset (détenteur du BEPF) s’est officiellement retrouvé « à prendre la direction de l’équipe professionnelle » via un communiqué du club, mercredi vers 20 heures, soit moins d’une heure avant le coup d’envoi de Guingamp-ASSE (2-1).

Un rebondissement ayant pour but d’éviter les amendes mais aussi de tenter de redresser une situation sportive devenue désastreuse (Saint-Etienne est 16e en L1, avec un bilan de 2 nuls et 4 défaites avec Julien Sablé). Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’ancien coach montpelliérain a galéré pour expliquer la nouvelle donne sur le banc stéphanois, au micro de Canal +.

>> A lire aussi : ASSE: «J’ai beaucoup d’espoir», assure Jean-Louis Gasset malgré la nouvelle désillusion à Guingamp

« Même Julien trouve ça très logique »

« Le club a pris la décision d’inverser les rôles par rapport aussi au diplôme, vu qu’il y a un point de règlement, avoue Jean-Louis Gasset. Mais Julien et moi, on n’a pas… Comment vous dire ? On n’a pas changé totalement. La différence, c’est que c’était moi sur le banc et debout. Aujourd’hui c’est celui qui a le diplôme qui est sur le banc. Même Julien trouve ça très logique. »

Une sortie médiatique qui transpire tout autant le flou artistique que celle du capitaine stéphanois Loïc Perrin, interrogé le 24 novembre sur le véritable rôle de Jean-Louis Gasset à son arrivée au club. « Je ne sais pas, je pense qu’il est adjoint, avait alors indiqué le défenseur central, actuellement blessé. C’est clair, c’est Julien le numéro un. Enfin, je ne sais pas trop en fait… »

« Julien Sablé est un entraîneur en devenir »

Pour tenter de clarifier la situation, le directeur sportif de l’ASSE Dominique Rocheteau a expliqué jeudi à France Bleu Saint-Etienne Loire : « Julien va apprendre son métier auprès de Jean-Louis. Mais je suis sûr que c’est un entraîneur en devenir ».

La veille à Guingamp, tout en indiquant que les joueurs avaient appris le changement d’entraîneur principal « avant la causerie », Jean-Louis Gasset précisait lors de sa première conférence de presse : « Il y avait un problème de règlement et il fallait s’y plier. Que le changement se fasse en décembre ou en janvier, cela revenait au même ». Cette décision a tout de même permis au club d’économiser 25.000 euros, avant un mercato hivernal qui s’annonce déterminant pour éviter aux Verts une dégringolade en Ligue 2.