VIDEO. «Ultra ludique», «complet»… On a testé le biathlon aux Saisies et on comprend son explosion

BIATHLON « 20 Minutes » s’est rendu dans la station de Justine Braisaz, aux Saisies (Savoie), afin de découvrir le biathlon lors d’un cours d’initiation…

Aux Saisies, Jérémy Laugier

— 

Cédric Bernard encadre un cours d'initiation de biathlon, lundi sur l'espace nordique olympique des Saisies.
Cédric Bernard encadre un cours d'initiation de biathlon, lundi sur l'espace nordique olympique des Saisies. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • A deux mois des JO de Pyeongchang, le biathlon est plus que jamais la discipline hivernale en vogue.
  • Afin de bien comprendre l’engouement qu’il suscite en France, dans le sillage de Martin Fourcade, « 20 Minutes » a pris part lundi à un cours d’initiation aux Saisies (Savoie).

EDIT : A l'occasion de la première course de biathlon des JO-2018, 20 Minutes vous propose de redécouvrir ce reportage dans la station savoyarde de la jeune biathlète Justine Braisaz, une des candidates françaises pour rafler l'or à Pyeongchang.

>> A lire aussi : JO 2018: Braisaz et Bescond pour un gros coup en biathlon... La Corée unifiée entre en scène en hockey... Le programme de samedi

« Vous avez vu ma Justine ce week-end ? » Fraîchement leader de la Coupe du monde après la première manche à Ostersund (Suède) début décembre, Justine Braisaz est la grande fierté de toute la station des Saisies (Savoie). Notamment grâce à l’engouement qu’elle suscite et à l’aura de l’incontournable Martin Fourcade, 250 heures d’initiation au biathlon y ont été données lors de la saison précédente. « Il y a dix ans, si on arrivait à faire dix heures dans l’hiver, c’était le grand max », se souvient Cédric Bernard, entraîneur au club de sport des Saisies.

Cinq novices, dont 20 Minutes, ont pu s’essayer lundi à cette discipline en plein essor, et ce sur le pas de tir officiel des JO d’Albertville en 1992. Après s’être (un peu) familiarisé avec la pratique du skating (« C’est comme si on faisait du roller », me glisse-t-on), on meurt d’impatience de prendre place à 50 mètres des cibles. Mais il faut d’abord mettre son ego de côté en se faisant rappeler à l’ordre en descente (« Mettez-vous en chasse-neige ! ») tel un piou-piou prenant la confiance pour sa première leçon de ski alpin.

>> A lire aussi : Fourcade en mode patron, Braisaz leader, QFM au top... On partirait pas sur une saison de fou de nos biathlètes?

Une respiration à bloquer avant d’appuyer sur la détente

La compagnie inhabituelle d’une carabine « 22 long rifle de 3,5 kg » autant attendue que redoutée n’est finalement pas si intimidante que ça. « Atteindre la cible est vite accessible à partir du moment où nous sommes couchés, stabilisés par un chevalet et sans avoir effectué un effort de ski de fond au préalable », indique Lise, davantage habituée à l’alpin.

Même couchés, on se contente en initiation de viser les cibles de 11,5 cm de diamètre, sans qu’il ne soit question du centre (4,5 cm de diamètre) comme c’est le cas en compétition. Mais si on apprend vite à « bloquer sa respiration » avant d’appuyer sur la détente, les repères sont chamboulés par ne serait-ce que 100 mètres parcourus en ski de fond (on a tout donné, on vous assure).

« Dès que le cardio monte… »

« Dès que le cardio monte, ça change totalement la donne », confie en effet Céline, une autre débutante en biathlon. Idéal pour prendre confiance, avec des cinq sur cinq à la pelle (preuve à l'appui ci-dessous me concernant), le tir couché, stabilisé et au repos n’a rien à voir avec le tir debout, qui entraîne souvent bougeotte et échec.

Les 3,5 kg de l’arme se font bien sentir et nous sommes presque fiers de retourner une cible sur cinq, même au repos. « Il faut être agile, concentré, précis et avoir du cardio, donc c’est vraiment un sport très complet », constate Delphine, emballée par cette découverte.

>> A lire aussi : Biathlon: Finalement, Martin Fourcade a-t-il un vrai impact sur la pratique de son sport en France?

« Les gens se prennent vite au jeu »

« Les gens se prennent vite au jeu car ils se mettent dans la peau de nos champions, analyse Cédric Bernard. Ils découvrent ce qu’une Justine Braisaz ressent dans le viseur de sa carabine. Et puis tirer est hyper ludique. On se rend moins compte qu’on fait une séance d’endurance avec du biathlon que lorsqu'on pratique seulement du ski de fond. » Et ce encore plus lorsque l’initiation nous évite d’avoir à galérer en skating.

Le domaine nordique olympique des Saisies organise notamment des sessions d’initiation gratuites au biathlon laser tous les dimanches des vacances de Noël et de février. Justine Braisaz a même participer à une session gratuite le 24 décembre. Inscription obligatoire à l’office de tourisme des Saisies au 04 79 38 90 30 ou iciLe Grand-Bornand (Haute-Savoie), Autrans (Isère), Les Rousses (Jura) ou encore le domaine de Savoie Grand Revard (Savoie) proposent également du biathlon en initiation. Plus d'infos ici.