XV de France: Le made in UBB a le vent en poupe dans le rugby français

RUGBY Onze joueurs du club sont retenus pour jouer avec le XV de France et les Barbarians dans les prochains jours…

Clément Carpentier

— 

Ducuing, Tauleigne, Serin, Poirot et Maynadier (de gauche à droite) sont retenus avec le XV de France.
Ducuing, Tauleigne, Serin, Poirot et Maynadier (de gauche à droite) sont retenus avec le XV de France. — Franck FIFE / Nicolas TUCAT - AFP
  • Le club bordelais est l’un des plus gros fournisseurs du XV de France cet automne.
  • La volonté de l’UBB de faire jouer des jeunes français talentueux est enfin reconnue.
  • L’Union Bordeaux-Bègles est en revanche décimée pour le Top 14.

Guy Novès est-il en train de tomber sous le charme de l’Union Bordeaux-Bègles ? Difficile à croire pour ce Toulousain pure souche. Pourtant, le sélectionneur du XV de France a retenu pas moins de onze joueurs de l’UBB pour les matchs internationaux de cet automne :

- XV de France : Poirot, Maynadier, Tauleigne, Serin et Ducuing

- XV de France (deuxième liste qui jouera contre les All Blacks à Lyon) : Lesgourgues

- Les Barbarians : Diaby, Pélissier, Taofifenua, Dubié et Jalibert

>> A lire aussi : Coupe du monde de rugby: Le XV de France jouera sa peau dès le premier match contre l'Argentine

Le travail de tout un club enfin reconnu

Avec ce total, le club bordelais est l’un des plus gros fournisseurs de l’équipe de France. « On est avant tout heureux pour les garçons. Ils le méritent et c’est une chance pour eux de se confronter au très haut niveau », se félicite Jacques Brunel, le manager de l’UBB. Même son de cloche chez son président, Laurent Marti : « C’est une bonne nouvelle car ça valide le travail du club. On peut se dire que l’on bosse bien ici. »

En effet, c’est surtout la formation bordelaise qui est reconnue avec quatre joueurs qui ont fait toutes leurs classes à l’UBB à l’image du troisième ligne Marco Tauleigne : « Je suis fier. Je vais peut-être jouer contre les All Blacks pour ma première sélection, on ne peut pas rêver mieux ! » Cela valide aussi la politique du club de vouloir aller chercher de jeunes français en Pro D2 pour les faire grandir et surtout jouer comme Adrien Pélissier ou Jean-Baptiste Dubié.

>> A lire aussi : XV de France: Des calculs, des jeunes et pas trop de pression… Ce qu'on a retenu de la liste de Guy Novès

L’UBB pourrait le payer cher en Top 14 

Mais bien sûr il y a le revers de la médaille. C’est-à-dire, un effectif décimé pour jouer dans le même temps les matchs de Top 14. Pour Jacques Brunel, « onze, c’est disproportionné d’autant plus que la saison dernière, nous avons fini loin au classement. Cela va être compliqué pendant un moment. À l’UBB, on n’a pas trois internationaux sur chaque poste comme d’autres équipes. »

Les Bordelais doivent en plus gérer une hécatombe de blessés. Par exemple, le week-end dernier contre le Stade Toulousain, il manquait 17 joueurs de l’effectif. « C’est un peu la pénurie. Au début, ça va toujours mais au fil des semaines, vous pouvez le payer très cher. Ça pourrait gâcher notre bon début de saison », regrette Laurent Marti.

>> A lire aussi : XV de France: Objectifs impossibles, pression de Laporte… Guy Novès est-il déjà cuit chez les Bleus?

Un vivier de jeunes inépuisable ?

Il va donc falloir faire front dans les prochaines semaines avec les réceptions d’Agen puis de Brive. Une fois n’est pas coutume, l’Union Bordeaux-Bègles va faire appel à ses jeunes. À Toulouse, ils étaient sept de moins de 21 ans dans le groupe et l’UBB a failli arracher la victoire. « Ça donne aussi envie quand on voit les gars partir en sélection. On espère suivre le même chemin. On est ambitieux », glisse l’un d’eux avec un large sourire.

En attendant leur tour, ces jeunes vont pour l’instant regarder attentivement leurs aînés à la TV dans les prochains jours. Des aînés parfois plus vieux de seulement quelques années voire mois. Mais à l’UBB, le talent n’attend pas !