OM-PSG: Après un match raté, l'étrange sortie de Mbappé en zone mixte, entre boulard et fraîcheur

FOOTBALL Avec ce mélange de naïveté et de sincérité, Mbappé a encore été «bon client», après le Classico OM-PSG. Ses déclas sont reprises partout. Pas sûr qu'elles le servent pour la suite...

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

Kylian Mbappé bien pris par Jordan Amavi.
Kylian Mbappé bien pris par Jordan Amavi. — A.-C. Poujoulat / AFP
  • Il a dézingué l'arbitre, ses coéquipiers, et a bizarrement chambré les Marseillais.
  • Kylian Mbappé était plus en forme devant les micros que sur le terrain.
  • L'ancien Monégasque a signé son plus mauvais match depuis son arrivée à Paris. 

Kylian Mbappé parle bien, et, par conséquent, Kylian Mbappé parle beaucoup. Si nous, les médias, l’aimons autant, c’est en grande partie pour ça. Mbappé en zone mixte, c’est l’assurance d’avoir des citations à glisser dans nos papiers, en tout cas autre chose que les « content d’avoir gagné/triste d’avoir perdu », « on avait à cœur de se racheter » et autres « l’important, c’est les trois points. » Ça n’a pas raté, ce dimanche soir, après un Classico assez dingue, où le PSG a arraché le nul (2-2) au fin fond du temps additionnel.

>> A lire aussi : OM-PSG: Cavani arrache le match nul pour Paris, face à un Marseille de combat

Un Classico dans lequel Kylian Mbappé n’a vraiment, mais alors vraiment pas brillé. Son pire match, même, depuis son arrivée au PSG. Mais ce n’est pas grave : qu’il ait été bon ou mauvais, Mbappé s’arrête en zone mixte (blindée, la zone mixte). Nous, de l’autre côté de la barrière, on se précipite, même si c’est un peu la guerre, même si on mange des coups de coude dans la tronche, même si on se fait insulter (enfin probablement) en portugais. Bref, Kylian parle, et comme d'hab, il est franc du collier, alors écoutons-le :

On était dos au mur, Edi (son Cavani) nous sort d’une situation périlleuse. On était peut-être facile en abordant ce match. Ils (les Marseillais) l’attendaient. Peut-être qu’on aurait dû l’attendre un peu plus. C’est vrai qu’on a beaucoup de matchs, beaucoup de choses sur lesquelles se concentrer, alors qu’eux, c’était le match de leur année.

Hop hop hop on s’arrête là pour décrypter ce début de citation. Belle franchise sur le « on les a pris de haut », mais ce « c’était le match de leur année », ce ne serait pas légèrement méprisant ? Si si si, et ce n’est pas fini. Puisqu’après avoir égratigné ses coéquipiers (pas à fond mentalement), chambré les Marseillais (qui n’ont pas la Ligue des champions à jouer, les pouilleux), Mbappé s’est décidé à attaquer, assez frontalement, l’arbitre Ruddy Buquet, qu’il juge coupable de :

  • 1. Ne pas avoir sifflé penalty sur une main (peut-être involontaire ?) d’Amavi dans la surface de réparation.
  • 2. De lui avoir mis un carton jaune, à lui, Mbappé, après une contestation suite à ladite main peut-être involontaire.
  • 3. D’avoir sorti deux cartons jaunes contre sa majesté Neymar da Silva Santos Júnior dit Neymar Jr.

Donc Mbappé était fâché, et, quand Mbappé est fâché, lui toujours faire ainsi :

Je pense que l’arbitre avait beaucoup de pression sur les épaules. On a un championnat qui commence à attirer de plus en plus de grands joueurs… Même les équipes de bas de tableau sont beaucoup meilleures (aïe, Kylian…) Il faut que les arbitres se mettent au niveau. Il ne l’a pas été ce soir. On fait partie du même spectacle qu’eux mais, le problème, c’est qu’on ne peut pas discuter avec eux. On a l’impression qu’ils sont supérieurs à nous.

Mbappé va encore plus loin, évoquant de possibles « sanctions. » « Pourquoi les arbitres ne pourraient pas être sanctionnés comme les joueurs ? », s’interroge Mbappé. Le genre de déclas qui va lui donner bonne presse auprès des hommes en noir…