Toulouse: Etre à la fois vegan et marathonien? C’est possible et il le prouve

SPORT ET VEGANISME Dimanche, Bastien Bouet-Announ prendra le départ du marathon de Toulouse Métropole, pour porter la cause de l’association Vegan Marathon…

Nicolas Stival

— 

La cause du veganisme sera présente au marathon international de Toulouse Métropole, le 22 octobre 2017. Illustration.
La cause du veganisme sera présente au marathon international de Toulouse Métropole, le 22 octobre 2017. Illustration. — Superstock / Superstock / Sipa
  • A 39 ans, Bastien Bouet-Announ est également militant du Parti animaliste et de l’association L214.
  • Avec les autres adhérents de Vegan Marathon, il souhaite lutter contre les préjugés associés à ce mode de vie.

Comme toutes les épreuves attirant des milliers de concurrents et de spectateurs, le Marathon international de Toulouse Métropole apparaît comme un cadre idéal pour populariser des causes : lutte contre des maladies, message catholique porté par des prêtres ou de simples croyants… Bastien Bouet-Announ milite quant à lui au sein de Vegan Marathon.

>> A lire aussi : Toulouse: Records de l’épreuve et de participants, Yohann Diniz… Le marathon vise la cour des grands

Bastien Bouet-Announ courra le marathon international de Toulouse Métropole pour soutenir l'association Vegan Marathon, le 22 octobre 2017.

« C’est une grosse association de "runners" fondée par un Corse, Magà Ettori, explique ce magasinier dans l’aéronautique, âgé de 39 ans. Nous sommes entre 2.500 et 3.000 adhérents présents dans 14 pays. » Dimanche, cet habitant de Plaisance-du-Touch, dans l’ouest toulousain, disputera son premier marathon, tandis que d’autres membres de son ONG  se frotteront aux 10 km ou au semi-marathon.

« Il s’agit de montrer que l’on peut faire des efforts très soutenus en ayant une alimentation 100 % végétale depuis des années, reprend le candidat aux dernières élections législatives sous l’étiquette du Parti animaliste (1,11 % des suffrages), également bénévole au sein de l’association L214, cauchemar des abattoirs français. Il y a encore beaucoup de préjugés, qui sont pourtant invalidés par toutes les études scientifiques. »

Non, quelqu’un qui a renoncé à consommer tout produit d’origine animale n’est pas un être faible au teint blafard. Bastien Bouet-Announ cite en exemple l’ancien athlète américain Carl Lewis, multi-médaillé olympique, ou le champion allemand de force athlétique Patrik Baboumian.

Sans se comparer à eux bien sûr : « Je suis un Monsieur Tout-le-monde qui aime bien courir, lâche celui qui n’a vraiment plongé dans ce sport que depuis un an. Je fais deux longues sorties par semaine d’environ 25 ou 30 km. »

Et au fait, niveau alimentation, cela donne quoi ? « Je suis végétarien depuis 15 ans et végétalien depuis quatre ans. Le matin, je mange des fruits. A midi, des céréales et des légumineuses. Et le soir, des légumes. Avec quelquefois des desserts au lait de soja. »

Prochain objectif ? Le marathon de Paris

Auteur d’un chrono en 1h50 lors du semi-marathon de Montauban en 2016, il vise « entre 4 heures et 4h15 » dimanche à Toulouse. Et il se tient prêt à récidiver dès le 8 avril 2018 lors du prochain marathon de Paris, avec des dizaines d’autres membres de Vegan Marathon. « Le but est aussi de constituer une chaîne humaine le long du parcours, avec des partisans de notre cause tous les dix mètres, soit plus de 4.000 personnes. »

Toujours plus fort : ce week-end, le spécialiste d’ultra-endurance vegan Régis Mangeot effectuera une course à pied de 24 heures à Albi, dans le Tarn. Pour soutenir l’association de défense animale PETA et porter le message suivant : « Les vegans savent tenir la distance ! »