Real Madrid: Cristiano Ronaldo mis en examen pour fraude fiscale en Espagne

JUSTICE Le Portugais était convoqué devant la justice espagnole ce lundi...

N.C. avec AFP

— 

Cristiano Ronaldo, contre le Mexique.
Cristiano Ronaldo, contre le Mexique. — Thanassis Stavrakis/AP/SIPA

La star du Real Madrid Cristiano Ronaldo a été mis en examen lundi pour fraude fiscale par la justice espagnole, qui le soupçonne d'avoir soustrait des millions d'euros à l'impôt

Le quadruple ballon d'or a cependant assuré, dans un communiqué, être un contribuable sans reproche: «je fais toujours mes déclarations d'impôts de façon volontaire parce que je pense que nous devons tous déclarer et payer nos impôts en fonction de nos revenus».

«Je n'ai jamais rien caché ni eu l'intention de pratiquer l'évasion fiscale», a affirmé l'international portugais dans ce communiqué diffusé après une audition de deux heures au tribunal de Pozuelo de Alarcon, la commune la plus riche d'Espagne, dans la banlieue de Madrid où il réside comme beaucoup d'autres célébrités.

Cristiano Ronaldo a soigneusement évité la presse à son arrivée et à sa sortie du tribunal. Le communiqué diffusé par l'agence qui le représente - Gestifute - confirme que le joueur le mieux payé du monde selon Forbes a été mis en examen pour fraude fiscale. Mais il précise que le ministère public vise uniquement les revenus perçus en 2014 pour la cession de son image pour des campagnes de publicité de 2011 à 2020.

Un total 14,7 millions d'euros d'ardoise fiscale

Le ministère public le soupçonne d'avoir utilisé un montage de sociétés basées à l'étranger - aux îles Vierges britanniques et en Irlande, où les taux d'imposition sont très bas - pour éviter de payer ses impôts en Espagne sur les revenus de contrats publicitaires avec de grandes marques.

Le parquet reproche à Cristiano Ronaldo, sportif le mieux payé au monde selon Forbes, d'avoir déclaré tardivement en 2014 - alors qu'il résidait en Espagne depuis 2009 - 11,5 millions d'euros de revenus d'origine espagnole pour la période comprise entre 2011 et 2014. Le parquet considère qu'ils s'élevaient en fait à 43 millions. S'y ajoutent, toujours selon le ministère public, 28,4 millions d'euros qu'il aurait dissimulés au fisc pour la période 2015-2020. Soit un total 14,7 millions d'euros d'ardoise fiscale impayée.

Les avocats de CR7, cités dans le communiqué, reconnaissent une simple différence d'interprétation sur la part de revenus taxables en Espagne. Et s'il n'a déclaré qu'une seule fois en 2014, font-ils valoir, c'est parce que c'est l'année où il a effectivement touchés les revenus des droits à l'image collectés par sa société. Si Ronaldo était poursuivi et condamné, il risquerait «une amende d'au moins 28 millions d'euros» et une peine allant jusqu'à trois ans et demi de prison, selon le syndicat des experts du ministère des Finances, Gestha.