Tour de France 2017: Pinot abandonne… Mais bon sang, pourquoi s’est-il mis dans ce pétrin ???

CYCLISME Thibaut Pinot n'ira pas plus loin que cette 17e étape du Tour de France 2017...

W.P.

— 

C'est fini pour Thibaut Pinot
C'est fini pour Thibaut Pinot — Dudley/Pacific Press/SIPA

On le pressentait, Thibaut Pinot l’a fait. Le leader de la FDJ a abandonné les routes du Tour de France 2017 en pleine ascension du col de la Croix de fer, à environ 115 kilomètres de l’arrivée de la 17e étape entre La Mure et Serre-Chevalier. Malade et fiévreux, le coureur français a fait les frais de son éprouvant Giro (4e du général et vainqueur d’étape), a expliqué Jacky Maillot mercredi.

Rien d’étonnant. Le vainqueur du Tour d’Italie, Tom Dumoulin, n’a pas daigné s’aventurer sur la grande boucle tandis que son dauphin Nairo Quintana ne brille pas vraiment plus que le leader de la FDJ. Finalement, seul Mikel Landa déroge à la règle. Bref, on savait pertinemment que Pinot ne ferait rien en juillet. Il l’a dit lui-même, c’est impossible d’enchaîner Giro et Tour.

Giro + Tour = Trop, trop, trop

Pourquoi diable la FDJ l’a-t-elle envoyé au charbon en sachant qu’il n’avait pas les moyens de s’y distinguer ? Soyons sérieux, on n’envoie pas un Pinot sur un grand tour pour faire de la figuration. Pourtant, c’est bien ce qu’il a fait. Systématiquement lâché par les meilleurs, jamais dans les bons coups à l’exception de l’étape du Puy-en-Velay (remportée par Bauke Mollema), Tibopino donnait l’impression d’errer sans enthousiasme derrière un peloton bien plus en jambes. Rien à voir avec l’homme qui vomissait tout son panache sur les pentes italiennes et fait rêver les amateurs de vélo au printemps.

Qu’aurait pu ou dû faire la FDJ ? L’envoyer sur la Vuelta ? Certainement. Mais la formation ayant promis à Reichenbach de disputer un grand tour dans la qualité de leader, Pinot n’y aurait eu qu’un rôle de chasseur d’étapes ou au mieux de leader-bis (un peu à l’image de la Trek avec Mollema et Contador). On a beau retourner le problème dans tous les sens, il demeure difficile de trouver LA vraie bonne solution. Et on en revient toujours au même problème : si l’entre-deux-tours avait été mieux géré, Thibaut Pinot aurait peut-être réussi à nous claquer une étape sur la grande boucle 2017 et faire un Tour à la Barguil. Tant pis pour lui, tant pis pour nous.