Pinot, Péraud, Valverde… Le contre-la-montre va choisir le podium

CYCLISME Les trois hommes se disputent la deuxième place lors du chrono samedi…

R.B.

— 

Thibaut Pinot et Jean-Christophe Péraud sur le Tour de France le 23 juillet 2014.
Thibaut Pinot et Jean-Christophe Péraud sur le Tour de France le 23 juillet 2014. — FP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

Entre la place de dauphin et la pire position, il n’y a que quinze secondes. Samedi, les trois prétendants à la deuxième place vont s’expliquer à distance dans un contre-la-montre de plus de 50 kilomètres entre Bergerac et Périgueux. Pour l’instant, Thibaut Pinot et Jean-Christophe Péraud occupent le podium devant l’Espagnol Alejandro Valverde mais le chrono pourrait bien chambouler le classement général. Présentation du rapport de force.

Thibaut Pinot (2e à 7’10 de Nibali)

Sur le papier, il demeure le moins performant des trois coureurs dans l'exercice. Heureusement pour lui, le grimpeur de la FDJ. fr a récemment travaillé le contre-la-montre et a terminé trois fois dans les dix premiers d’un chrono cette saison. «Il a bien progressé dans ce domaine, assure son équipier Jérémy Roy. Après, un contre-la-montre de 54 bornes, il n’a pas dû en faire beaucoup dans sa vie.» Cette année, Pinot a ainsi dominé Péraud au Tour de Romandie sur 19 km mais le leader d’AG2R l’avait battu dans un chrono plus long (26 km) en avril au Tour du Pays Basque. «Ça ne jouera pas sur les qualités intrinsèques du coureur mais plutôt au courage et à la fraîcheur, estime Eric Boyer, ancien manager de Cofidis. Thibaut saura s’en sortir, il peut combler son manque de maîtrise de l’exercice par sa motivation.»

Jean-Christophe Péraud (3e à 13 secondes de Pinot)

Il va y avoir match avec Valverde sur ce parcours légèrement vallonné. Champion de France du contre-la-montre en 2009, Jean-Christophe Péraud a réussi le plus difficile en s’accrochant dans les Alpes et les Pyrénées. Au Tour du Pays Basque, il a dominé en contre-la-montre Alejandro Valverde et Thibaut Pinot. «Le parcours entre Bergerac et Périgueux va lui plaire», jure son directeur sportif Julien Jurdie. «Dans l’équipe, on croit tous qu’il peut finir deuxième du Tour, poursuit son équipier Samuel Dumoulin. Il est en très bonne condition physique. S’il avait dû craquer, ça aurait été dans la dernière étape des Pyrénées jeudi.»

Alejandro Valverde (4e à 15 secondes de Pinot)

Il est sorti des trois premiers au général dans la montée d’Hautacam et mise désormais sur le chrono pour finir sur le podium des Champs-Elysées pour la première fois de sa carrière. Alejandro Valverde est loin d’être le plus mauvais coureur du peloton en contre-la-montre. Champion d’Espagne de la spécialité, il avait pris la treizième place, devant Péraud, d’un parcours très roulant entre Avranches et le Mont Saint-Michel sur le Tour 2013. Problème, le leader de la Movistar semble accuser le coup en cette fin de Grande Boucle. «Je suis très fatigué. Il faut faire avec ce qui me reste de forces, soufflait-il jeudi. Si j’ai de bonnes jambes, je peux reprendre la deuxième place.» Il n’est pas le seul à s’y voir.