Pro A: Après les coups, Gravelines et le Paris-Levallois s'excusent mais se rejettent la faute

R. B.

— 

Jawad Williams lors du match entre le Paris-Levallois et l'Union Olimpija le 13 novembre 2013.
Jawad Williams lors du match entre le Paris-Levallois et l'Union Olimpija le 13 novembre 2013. — Urban Urbanc/SPORTIDA/SIPA

Place aux regrets. Après la bagarre générale qui a empêché la rencontre entre le Paris-Levallois et Gravelines d’aller à son terme samedi soir, les joueurs impliqués se sont confondus en excuses ce dimanche. Sur Twitter, le meneur de jeu de Gravelines Yannick Bokolo a affirmé «qu’il n’aurait pas dû réagir» et s’est dit «triste pour tous les fans de basket».

Très actif lors de la rixe, l’Américain du club parisien Jawad Williams a également tenu à présenter ses excuses et évoque «une terrible réaction».

Conseiller du président du Paris-Levallois, Jacques Monclar a transmis sur le réseau social les excuses de Daniel Ewing, présent dans l’altercation d’origine.

Chaque club a publié un communiqué sur son site Internet où il se rejette mutuellement la faute. Le BCM parle d'une «tentative d'étranglement d'une violence inouïe» de la part de Jawad Williams là où le Paris-Levallois le défend, expliquant qu'il voulait «protéger son coéquipier».

Si les regrets sont sincères, ils ne devraient pas empêcher les sanctions de tomber sur les deux clubs. La commission de discipline de la Ligue nationale de basket (LNB) va se saisir de ce dossier dès lundi et «commencera rapidement l’examen des différents cas». Le résultat de la rencontre n’a pas été homologué et le classement des deux formations n’en prend pas compte pour l’instant. La Ligue devra également statuer sur ce point.