France-Ukraine: «Si les joueurs n'ont pas conscience de ce qui se joue, ils n'ont qu'à rester chez eux», pour Michel Der Zakarian

Propos recueillis par Julien Laloye
— 
Michel Der Zakarian le 25 octobre 2013 à Nantes.
Michel Der Zakarian le 25 octobre 2013 à Nantes. — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Mardi soir, il ne sera pas dans le vestiaire de Saint-Denis pour haranguer les Bleus avant qu’ils n’entrent sur la pelouse du Stade de France. Pourtant, l’entraîneur nantais Michel Zakarian s’est imaginé le discours et les mots qui pourraient permettre à l’équipe de France de renverser la vapeur face à l’Ukraine. Sans doute les mêmes que Didier Deschamps, à quelque chose près.

Le discours d’avant-match de Didier Deschamps peut-il jouer un rôle dans la qualification –ou non– des Bleus?

Il peut influer sur leur état d’esprit. Je ne sais pas ce qui s’est dit avant le match aller, mais moi j’ai vu des joueurs qui se sentaient supérieurs et qui l’ont payé par leur manque de détermination.

Ça veut dire qu’à sa place vous leur rentreriez devant avant le match?

Je leur dirais qu’ils se sont fait exploser au niveau du combat là-bas et que ça ne peut pas se reproduire. Il faut leur faire comprendre avant le coup d’envoi qu’ils doivent être les premiers sur chaque ballon qui se joue et chaque duel, où que ce soit sur le terrain. Ils doivent avoir envie de se surpasser dans l’engagement.

Au risque d’en faire trop, comme Koscielny à l’aller?

Etre présent dans le combat ça ne veut pas dire envoyer du tacle de partout et blesser l’adversaire. Juste faire de la conquête du ballon le point de départ de l’exploit, si ce dernier est possible.

A aucun moment il ne faut parler de jeu?

Les consignes tactiques, elles ont été données avant. Evidemment, il faut rappeler quelques fondamentaux, mais surtout ne pas inhiber les joueurs. Ils doivent rentrer sur la pelouse avec l’idée de mettre de la folie. Et dès le coup d’envoi, on a deux buts à remonter, il n’y a pas de réflexion tactique à avoir. Si ce n’est être au taquet jusqu’au bout et ne pas laisser respirer les Ukrainiens.

Les joueurs majeurs ont-ils aussi leur mot à dire avant ce type de match?

Si l’on veut…mais à un moment donné, parler ça ne sert à rien. C’est sur le terrain qu’on montre l’exemple, pas ailleurs. Si les joueurs n’ont pas conscience de ce qui se joue mardi, ils n’ont qu’à rester chez eux.