France-Ukraine: Paul Pogba, si jeune mais déjà important

Romain Baheux à Clairefontaine
— 
Paul Pogba à l'entraînement avant Ukraine-France le 15 novembre 2013.
Paul Pogba à l'entraînement avant Ukraine-France le 15 novembre 2013. — ILLIA HOHLOV/SIPA

Il est apparu chez les Bleus il y a à peine plus de six mois, au détour d’un match contre la Géorgie (3-1). Quatre jours plus tard, Didier Deschamps le titularisait dans un match capital contre l’Espagne (0-1). Mardi pour le barrage retour contre l’Ukraine, plus personne n’imagine Paul Pogba ailleurs que dans le onze de départ. Du haut de ses six sélections, le jeune milieu de terrain de la Juventus Turin (20 ans) a été le Français le plus convaincant à Kiev vendredi (2-0). On peut s’inquiéter qu’un joueur aussi peu expérimenté doive jouer ce rôle mais dans la situation actuelle des Bleus, on n’en est plus vraiment à choisir ses piliers.

«Ce n’est pas parce qu’on a 20 ans qu’on ne peut pas prendre la parole»

Ces derniers jours, les discussions ont même davantage tourné sur la meilleure manière de mettre Pogba à l’aise dans le schéma de jeu tricolore. Associé à Blaise Matuidi à la récupération à Kiev, il n’a pas pu déployer le même allant offensif que sous le maillot turinois. Du coup, la question d’un milieu de terrain à trois pour le match retour se pose. «Il est dans un registre où il a cette capacité à se projeter vers l’avant avec cette présence athlétique, souligne son sélectionneur. Dans un milieu à deux, il l’a un peu moins.»

Important dans le jeu mais aussi par son influence. Vendredi, on a vu Paul Pogba s’agacer, s’énerver et pousser ses équipiers à la révolte. En vain, mais cela illustre le poids pris par le jeune homme en quelques mois chez les Bleus. «Je ne suis pas surpris, souligne Didier Deschamps. Ce n’est pas parce qu’on a 20 ans qu’on ne peut pas prendre la parole. Ça va dans le sens du collectif que je veux.» Un poids à confirmer mardi pour arracher une qualification à la prochaine Coupe du monde. Ce week-end, son agent Mino Raiola n’a pas hésité à le comparer à un Monet, manière de souligner le talent déjà affirmé du jeune homme. Le Brésil serait un très bon lieu d’exposition.