Tour de France 2013: Suivez la 15e étape Givors – Mont-Ventoux en live

B.V.

— 

Joaquim Rodriguez, Christopher Froome, Alberto Contador et Nairo Quintana dans les Pyrénées, le 7 juillet 2013
Joaquim Rodriguez, Christopher Froome, Alberto Contador et Nairo Quintana dans les Pyrénées, le 7 juillet 2013 — C.ENA/SIPA

Givors -> Mont-Ventoux (242km)

Les classements

Général: 1. Froome 2. Mollema 3. Contador

Maillot vert: 1. Sagan 2. Cavendish 3. Greipel

Maillot à pois: 1. Rolland 2. Froome 3. Porte

Meilleur jeune: 1. Kwiatkowski 2. Quintana 3. Talansky

Le profil de l’étape

Comme si le Mont-Ventoux ne se suffisait pas à lui-même, les organisateurs ont décidé de faire de cette 14e étape la plus longue du Tour. 242 kilomètres de chaleur, de routes vallonnées, d’appréhension avant d’attaquer le boss final, le «Géant de Provence». Une ascension qui pourrait décider à elle seule du vainqueur du Tour. Une ascension de 20 kilomètres avec des passages à plus de 10%. Une ascension dans laquelle une défaillance peut vous faire perdre quinze minutes.

Les favoris

*** Les patrons du Tour de France: Froome, Contador, Quintana, Mollema

** Les gros grimpeurs: Valverde, Rodriguez, Rolland, Pinot

* Des baroudeurs qui montent bien: Voeckler, Jeannesson

Le résumé de l’étape

Dans ce genre d’étape, il n’y a que deux façons de gagner: partir de très loin, arriver au pied du Ventoux avec 13 minutes d’avance et résister, façon Virenque 2002. Ou alors être le meilleur grimpeur du monde. Ayant compris qu’il y avait meilleur qu’eux, Pierre Rolland et Thibaut Pinot s’incrustent dans la fameuse «bonne échappée du jour». Un 14 juillet, on n’en attendait pas moins de deux meilleurs français. Largués au général, ils bénéficient du bon de sortie pour rapidement prendre 8 minutes d’avance, en compagnie de quelques autres coureurs, dont le Movistar Rui Costa. Ces huit minutes ne sont plus que six au pied du Ventoux, dont les premières rampes profitent aux trois costauds, qui s’envolent. Derrière, la chasse au Froome est lancée. Dès le premier passage à 10,5%, au quatrième kilomètre de l’ascension, la moitié des coéquipiers du maillot jaune sont lâchés par le train Saxo. Seul Porte résiste, avant de craquer sur la première attaque de Kreuziger. Froome est obligé de faire l’effort pour reboucher. Contador part en contre. Froome rebouche. Quintana insiste, Froome ne peut plus. Virevoltant, le Colombien s’échappe seul pendant que tout le monde se regarde derrière, et n’accuse plus qu’une minute trente de retard sur les trois hommes de tête à 5 kilomètres du sommet. Le moment que choisi Rolland pour en placer une. Pinot suit, Rui Costa se gare, préférant attendre son coéquipier. Comme dans Ax-3-domaines, Quintana cale un peu et ne recolle pas. Pire, il voit son coéquipier Valverde lui rouler dessus, juste pour le plaisir de faire sauter les Belkin de Mollema et Ten Dam. «Le prochaine fois, ils m’attendront quand je crèverais, les bouffeurs de fromage», lâche-t-il à Gégé Holtz après l’étape. En attendant, Pinot et Rolland se font les deux dernières bornes ensemble et passe la ligne ensemble, pour une victoire franco-française un 14 juillet. Quintana, Valverde et Rui Costa terminent ensemble à 1 minute. Contador – avec Andy Schleck dans sa roue - en place une petite à 800 mètres de l’arrivée pour reprendre 25 secondes à Froome, à bout de souffle. Le duo Mollema-Ten Dam perd lui 4 minutes et saute du podium. Tout ça pour une histoire de pneus…

La minute Jean-Paul Ollivier  

Allez, pour le plaisir, la dernière victoire française au Ventoux. C’était en 2002, et c’était Richard Virenque.