Lille-Valenciennes, un derby entièrement en ch'ti à la télé

A Lille, François Launay

— 

Le Lillois Sidibé et le Valenciennois Dossevi lors du derby LOSC - VAFC.
Le Lillois Sidibé et le Valenciennois Dossevi lors du derby LOSC - VAFC. — M.LIBERT/20MINUTES

«Y’a failli mettre eusse giffe sur eul poteau*», «Invoie tou cha eul cul en l’air**». Si jamais vous zappez samedi sur beIN Sport Max 7, n’essayez pas de régler votre poste. Pour la première fois à la télévision, le derby entre Valenciennes et Lille sera entièrement commenté en ch’ti. Une idée originale de la chaîne beIN Sport qui a déjà décliné l’idée deux fois cette saison.

 «Un clin d’œil aux langues régionales»

Après Ajaccio-Bastia en corse et Brest-Lorient en breton, place donc à VA-Losc en ch’ti. Et peu importe si ce patois n’est pas une langue à proprement parler, c’est l’effet terroir qui joue à plein. «C’est un clin d’œil aux langues régionales qui vivent toujours, même si elles sont de moins en moins développées car les nouvelles générations ne les utilisent plus beaucoup», explique Florent Houzot, le directeur de la rédaction de BeIN Sport qui se défend de tout cliché.

Dany Boon a décliné

«Ce serait caricatural si on ne diffusait la rencontre qu’en ch’ti. Or, il y aura trois façons de voir le match: en ch’ti, en français et dans le multiplex de BeIN. On offre juste un service supplémentaire», détaille le dirigeant. Pour cette première, la chaîne avait même proposé à Dany Boon de venir commenter. Mais son emploi du temps trop chargé a poussé la star nordiste à décliner.

Alain Tirloit: «Il ne faudra pas rendre la chose vulgaire»

Finalement, ce sont Alain Tirloit, ex-joueur du Losc et Georges Tournay, récemment licencié de son poste d’entraîneur à Boulogne, qui seront aux commandes. Deux purs Nordistes, adeptes du patois local, qui travaillent déjà leur style. «Il ne faudra pas rendre la chose vulgaire», explique Tirloit. Même son de cloche chez Georges Tournay. «On ne va pas parler d’informatique ni de commerce, on va parler football. Et en foot, il y a pas mal de mots ch’ti comme «faut saquer dins***», lâche Tournay. Que les deux compères en profitent car beIN ne devrait pas renouveler l’opération. À l’issue du match, on saura s’il faut s’en réjouir ou le regretter.

 * Il a failli tirer sur le poteau
** Dégage *** Il faut y aller