Mondial de hand/ Dinart: «Ca m'est rarement arrivé d’être mauvais comme ça»

Handball Le spécialiste défensif des Bleus assume la responsabilité du revers face aux Allemands...

Propos recueillis par Julien Laloye

— 

Didier Dinart, ici face à la Tunisie le 2 août 2012 aux JO de Londres.
Didier Dinart, ici face à la Tunisie le 2 août 2012 aux JO de Londres. — M.Schrader/SIPA

De notre envoyé spécial à Barcelone (Espagne)

Avant le début des championnats du monde, il avait confié «avoir le trac» de ne pas être au niveau requis pour sa dernière grande compétition avec les Bleus. Le jour de ses 36 ans, Didier Dinart est passé au travers de son match face à l’Allemagne, comme beaucoup de ses coéquipiers. Mais le Parisien prend la défaite pour lui.

>> Le match à revivre en live comme à la maison

Didier, l’équipe de France a très mal défendu contre l’Allemagne…

«C’est surtout moi qui ait fait une grosse contre-performance aujourd’hui, et peut-être que ça s’est propagé aux autres. La force de l’équipe de France c’est sa défense, et là, on n’a pas su trouvé les réponses en défense, je n’ai pas su trouver les réponses. Ca m’est rarement arrivé mais bon…

Pourquoi vous sentez-vous responsable de ce revers?

Parce que j’ai été mauvais! On se lance bien des fleurs quand on gagne, il faut aussi savoir se remettre en question quand on perd. Je vais prendre sur moi. Maintenant on ne peut pas dire demain ça ira mieux, demain je mettrai plus d’engagement. Dimanche, Ce sera à la vie à la mort.

Vous avez rapidement senti que la soirée allait être compliquée?

J’ai senti tout de suite que ça allait être difficile. Ils ont mis un très gros engagement physique et on n’a pas été capables de répondre dans le premier quart d’heure, surtout moi. Je ne me suis pas senti aussi bien que d’habitude.

Il y a une explication rationnelle à ce qu’il s’est passé?

Le fait d’avoir eu des matchs relativement faciles jusque là ne nous a pas aidé. Et puis, les Allemands on ne les a pas joué depuis quelques années, c’est peut-être ça aussi qui explique ce qu’il s’est passé. Le manque d’expérience contre eux a joué.

Qu’est-ce qu’il faut changer avant les huitièmes de finale dimanche?

Ce n’est pas la peine d’enfoncer le couteau dans la plaie. On sait ce qu’on n’a pas bien fait, tout le monde le sait. La prise de conscience doit être individuelle.