Ballon d'or: Lionel Messi, aussi célébré que Maradona dans son pays

FOOTBALL L'Argentin, qui a reçu son quatrième Ballon d'or consécutif, est déjà considéré comme l'égal de la star sud-américaine...

Romain Scotto

— 

L'Argentin Lionel Messi (à dr.), avec son sélectionneur Diego Maradona, lors d'un match de la Coupe du monde 2010 à Johannesbourg, le 27 juin.
L'Argentin Lionel Messi (à dr.), avec son sélectionneur Diego Maradona, lors d'un match de la Coupe du monde 2010 à Johannesbourg, le 27 juin. — D.Gray/REUTERS

En Argentine, le début d’année n’est pas seulement la période des bonnes résolutions depuis quatre ans. C’est aussi à cette époque que Lionel Messi a droit à toutes les unes de la presse sportive et ses superlatifs. «Dieu du foot», «Enorme» ou «Pas même Maradona…», rien n’est assez grand pour qualifier celui qui vient de recevoir son quatrième Ballon d’or d’affilée, devant Ronaldo et Iniesta. Jamais quelqu'un n’en avait cumulé autant sur sa cheminée, ce qui renforce un peu plus la position de l’Argentin dans le débat (assez stérile) sur l’identité du meilleur joueur de l’histoire.

>> Revivez le sacre de l'Argentin en live comme-à-Zurich par ici

En Argentine, du moins, personne n’a attendu cette quatrième couronne pour comparer Messi à l’idole du pays, Diego Maradona. Même si les époques diffèrent et que les deux n’occupent pas vraiment le même poste, «Messi paraît plus fort que Maradona», a récemment tranché l’ancienne star de River Plate Enzo Francescoli. «Tu ne peux pas avoir d’adjectifs à son sujet, enchaîne Nestor Fabbri, l’ancien Nantais, qui ne tient pas rigueur à Messi de son maigre palmarès en sélection (un titre olympique). Chacun a eu son moment mais là on est en présence d’un joueur extraterrestre. Tout le monde connaît sa façon de jouer mais c’est toujours facile pour lui. Il fait toujours la différence.»

«Messi est un exemple de vie»

Pour Angel Marcos, entraîneur retraité et meilleur joueur argentin en 1969, Messi est même le «meilleur joueur de tous les temps». Pour avoir beaucoup observé les deux joueurs, Marcos est plus impressionné par un joueur «qui fait la différence pendant une heure et demie. Messi, ce n’est pas une ou deux actions par match. C’est dix, quinze, vingt actions de classe par match. Et puis sa façon d’être est exemplaire pour tous les gamins qui jouent au football.» Sous entendu, pas celle du «Pibe de Oro», dont l’image s’est sérieusement détériorée ces dernières années.

A 25 ans, le Barcelonais n’est pas encore tombé dans la cocaïne, les dettes, les divorces et les hospitalisations à répétition. «Messi est un exemple de vie, poursuit Fabbri, qui a côtoyé Maradona à Boca Juniors pendant deux ans. Il a aussi une mentalité d’équipier et participe vraiment au jeu dans la meilleure équipe du monde.» Un privilège que n’a jamais eu le champion du monde 1986, souvent contraint de porter à lui seul les équipes dans lesquelles il est passé. Le débat est relancé.