La compagnie aérienne Transavia se serait fait pirater des milliers de données privées de ses salariés

CYBERATTAQUE Les hackers se présentent comme des lanceurs d’alerte pour mettre en garde Transavia contre les failles informatiques

20 Minutes avec agence
— 
Un avion Transavia (illustration)
Un avion Transavia (illustration) — JP PARIENTE/SIPA

Passeport, CV, lettres de motivation, certificats de membre d’équipage certifiés par la Direction générale de l'aviation civile (DGAC)…. Selon le média en ligne Air Journal, les données privées présentes dans les documents d’embauche de centaines voire de milliers de salariés de Transavia France, filiale d’Air France, ont été récemment récupérées sur un serveur interne de l’entreprise par des pirates informatiques.

Selon nos confrères, ces derniers auraient envoyé un mail aux salariés le 15 février dernier, dans lequel était écrit : « N’oubliez pas que nous ne sommes pas les méchants dans cette histoire. » En effet, selon le site Zataz, spécialisé dans le piratage informatique​​​​​​​, les hackers seraient en l’espèce des lanceurs d’alerte souhaitant mettre en garde la filiale contre les failles informatiques de son système.

Condamnation aux Pays-Bas

De son côté, la compagnie minimise les faits en assurant que son réseau interne n’est pas en cause et demande à ses salariés de ne pas entrer en relation avec les pirates. D’après Zataz, ces hackers auraient même supprimé les documents récupérés.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) aurait été saisie par plusieurs plaintes en France. En novembre dernier, la filiale néerlandaise de Transavia, accusée de manquements graves quant à la sécurité des données liées aux passagers, a été condamnée à 400.000 euros d’amende.