Y-Brush : Dix secondes seulement pour se brosser les dents, comment est-ce possible ?

HYGIENE La drôle de brosse à dents électrique Y-Brush, que « 20 Minutes » a testée, prétend nous brosser les dents en un rien de temps

Christophe Sefrin
— 
La Y-Brush brosse les dents en 10 secondes, c'est vrai? — 20 Minutes
  • Une start-up lyonnaise défie le temps de brossage de nos dents avec sa Y-Brush.
  • Cette brosse à dents électrique « sonique » est capable de brosser en même temps toutes les dents en 5, 10 ou 15 secondes, au lieu des deux minutes réglementaires.
  • Vendu à partir de 89 euros et pratique, l’appareil ne peut hélas pas encore se substituer à une classique brosse à dents.

Se brosser les dents en 5, 10 ou 15 secondes, contre les deux minutes habituellement recommandées ? C’est la promesse de la brosse à dents électrique Y-Brush, développée par une start-up lyonnaise issue de la  French Tech, bien décidée à nous faire gagner du temps dans nos vies trépidantes.

20 Minutes a voulu en savoir plus et a testé la très prometteuse Y-Brush qui possède également l’avantage d’être  fabriquée en France.

Une brosse à dents… en forme de dentier

Souriez ! Le brossage des dents ne sera bientôt plus une corvée. C’est en tout cas ce que promettent Benjamin Cohen et Christophe Cadot, les concepteurs lyonnais de la brosse à dents Y-Brush. Avouons-le : en déballant le produit, celui-ci nous a rappelé de vieux souvenirs.

Nous avons eu l’impression de nous retrouver face à l’appareil dentaire que Mamie plongeait jadis dans un verre, le soir, avant de s’endormir ! Glurp… Avec sa forme de demi-mâchoire, Y-Brush déconcerte. Mais on comprend vite la vocation hygiénico-temporelle de la brosse à dents.

20.000 vibrations à la minute

Celle-ci est électrique, et capable de brosser simultanément toutes les dents, du bas, puis du haut de la mâchoire. D’où le gain de temps annoncé. Pour cela, elle est recouverte de 35.000 filaments de nylon qui vibrent à raison de 20.000 mouvements à la minute. C’est ce que l’on appelle la technologie « sonique ». Ce procédé est employé par Panasonic, mais aussi par Philips pour leurs brosses à dents électriques, comme la Sonicare 2100. La brossette avec ses filaments s’enfiche sur un manche qui, fonctionnant sur batterie, lui transmet ses vibrations.

Avant de se brosser les dents, il convient d’appliquer un peu de dentifrice à l’intérieur de la bossette. Il est également possible d’utiliser du dentifrice solide à croquer. Ou d’appliquer préalablement de la pâte dentaire sur les dents avec le doigt. Vient ensuite ce moment étrange où il faut enfourner la Y-Brush dans la bouche. La bossette est plutôt souple et s’adapte assez bien à la mâchoire. Reste à la mettre en route. Des appuis successifs sur le bouton central du manche déterminent la durée de brossage : 5, 10 ou 15 secondes. Un appui long met la brosse à dents en route.

Lors de notre premier essai, nous avons à peine eu le temps de lancer l’opération qu’elle était déjà terminée ! Nous l’avons renouvelée sans attendre. La brosse n’effectue pas le travail toute seule. Lorsqu’elle vibre, il faut la faire légèrement coulisser sur la mâchoire de gauche à droite, mais aussi opérer des petits mâchouillements. Au bout de quelques brossages, cela devient un réflexe. Evidemment, après avoir brossé une demi-mâchoire, il faut renouveler l’opération sur la seconde (et au besoin reprendre une petite dose de dentifrice).

Un gain de temps évident

Résultat ? L’usage de Y-Brush veut rompre avec des années de brossage dentaire classique. Et il ne s’apparente que très peu, finalement, à l’usage d’une traditionnelle brosse à dents électrique. D’après les deux concepteurs de la brosse à dents, il est recommandé jusqu’à trois semaines d’apprentissage quand même.

Durant la première, on se brosse les dents durant 15 secondes ; durant 10 secondes la deuxièmes semaine ; puis durant 5 secondes la troisième. Ce qui, si l’on multiplie cette durée par deux (du fait d’un nécessaire brossage de l’une et l’autre demi-mâchoire) fait effectivement 10 secondes cumulées par brossage a minima. On est effectivement loin des deux minutes recommandées par les professionnels de la santé bucco-dentaire..

Le temps gagné joue en la faveur de la brosse, et l’on peut imaginer l’utiliser lorsque l’on est en plein rush, juste avant une réunion ou un rendez-vous, après une pause clope, en sortant de table le midi et que l’on n’a pas le temps pour un brossage plus long.

Un appareil de complément

A l’usage, la sensation de propreté est bel et bien là. En passant la langue sur les dents, celles-ci se révèlent bien lisses. Et l’on est au moins certain de la fraîcheur de son haleine ! Par contre, la Y-Brush ne parvenait pas à atteindre nos molaires les plus reculées au fond de notre mâchoire supérieure…

Attention, un classique rinçage de la bouche est obligatoire à l’issue du brossage. La Y-Brush ne peut donc s’utiliser que si l’on peut l’effectuer. Vendue à partir de 89 euros, la brosse à dents n’est pas donnée. Et sa brossette qu’il convient de remplacer tous les six mois est chère : 29 euros.

Reste le nécessaire besoin d’opérer régulièrement (voire quotidiennement) un brossage plus complet, ne serait-ce que pour mieux nettoyer ou masser les gencives qui ne sont pas traitées par la Y-Brush. Aussi efficace soit-elle, cette brosse à dents doit donc être considérée comme un appareil complémentaire et non de substitution.

Pouvant être utilisée dès 4 ans, elle possède néanmoins un aspect particulièrement ludique qui peut aussi plaire aux enfants, généralement peu enclins à prendre le temps nécessaire pour se brosser les quenottes !