7,6 tonnes de fausses cartes Pokémon en partance pour les Pays-Bas saisies par la douane chinoise

CONTREFAÇON Un phénomène qui s’explique par l’hystérie spéculative autour des cartes Pokémon depuis quelques années

David Manfredini pour 20 Minutes
— 
Les douanes chinoises saisissent 7,6 tonnes de fausses cartes Pokémon
Les douanes chinoises saisissent 7,6 tonnes de fausses cartes Pokémon — Geeko

Les cartes Pokémon sont devenues, au fil des décennies, de véritables objets de collection. Les premiers exemplaires n’ont cessé de briser des records de valeurs ces dernières années. En février, une carte Dracaufeu « shiny » de la 1re édition datant de 1999, la carte la plus convoitée, s’est ainsi vendu à plus de 418.000 euros.

Si les cartes récentes, disponibles en plus grandes quantités et donc beaucoup moins rares, sont de bien moindre valeur, elles attirent tout de même les collectionneurs et avec eux les falsificateurs. Le marché noir de fausse carte Pokémon est ainsi particulièrement actif grâce à la toujours très grande popularité des monstres de poche.

Les douanes chinoises saisissent 7,6 tonnes de fausses cartes Pokémon
Les douanes chinoises saisissent 7,6 tonnes de fausses cartes Pokémon - Geeko
Les douanes de l’aéroport ont saisi 20 boîtes de fausses cartes.

Du jamais vu

L’aéroport de Shanghai-Pudong l’a découvert d’une bien étonnante façon, en tombant sur près de 7,6 tonnes de cartes Pokémon contrefaites. Plus de 20 boîtes contenant 400.000 paquets de fausses cartes Pokémon ont été saisies alors qu’elles allaient être livrées en Hollande. Ce n’est pas la première fois que ce type de saisie survient, mais cela n’avait jusqu’à présent jamais été dans de telles proportions.

Les douanes chinoises saisissent 7,6 tonnes de fausses cartes Pokémon
Les douanes chinoises saisissent 7,6 tonnes de fausses cartes Pokémon - Geeko
Près de 400.000 paquets de fausses cartes Pokémon se trouvaient dans ces boîtes. © Shine. cn

Les fausses cartes provenaient d’une entreprise de la province de Qingdao, dans l’est de la Chine. Les douaniers ont indiqué au journal Yicai Global qu’ils avaient eu des soupçons sur cette cargaison, car elle ne portait aucune marque et ne disposait que de simples abréviations. Certaines abréviations indiquaient notamment les lettres « PK » au lieu de directement mentionner « Pokémon ». Des poursuites ont été lancées contre l’entreprise responsable de ces contrefaçons.