« Koh-Lanta » : Plaintes et signalements à la justice après des menaces de mort reçus par plusieurs candidats

CYBERHARCELEMENT « Les réseaux nous gâchent l’aventure », explique Christelle, l’une des candidates, qui a porté plainte ce mercredi, emboîtant le pas à sa coéquipière Coumba qui l'a fait la semaine dernière

H. B.
— 
Les candidats de « Koh-Lanta : La légende »
Les candidats de « Koh-Lanta : La légende » — Alain Issock/ALP/TF1/Starface

Cette édition « des légendes » réserve bien des surprises, et des polémiques… La production de l’émission Koh-Lanta a indiqué vendredi avoir signalé à la justice des menaces de mort visant des candidats sur les réseaux sociaux, à cause d’une affaire de tricherie qui secoue ce très populaire programme de téléréalité.

« Compte tenu de l’émotion suscitée par ces menaces de mort au sein des équipes de production et de notre devoir de protéger les candidats, des signalements au procureur de la République sont effectués par ALP », a précisé Mathias Chichportich, l’avocat de cette société de production.

« Les réseaux nous gâchent l’aventure »

Plusieurs candidats ont eux-mêmes porté plainte. « J’ai porté plainte pour montrer qu’on peut être puni », explique une candidate, Coumba, en disant avoir été la cible de menaces de mort et d’injures racistes sur les réseaux sociaux.

« Je suis allée déposer plainte mercredi », indique une autre candidate, Christelle, qui dit avoir hâte que la diffusion de l’émission s’achève car « les réseaux nous gâchent l’aventure ». Selon elle, ces menaces sont liées à une affaire de tricherie révélée le 9 novembre. Lors de l’épisode diffusé ce soir-là, l’un des candidats emblématiques, Teheiura, a avoué avoir obtenu de la nourriture de l’extérieur, dont un « steak frites ». Ce qui est strictement interdit par le règlement de cette émission à succès sur TF1, qui met en scène la survie de candidats isolés dans des endroits lointains et en pleine nature.

« Aucun événement lié à ce jeu ne donne le droit à l’envoi d’injures »

Selon la société de production ALP (Adventure Line Production), les menaces de mort visent en particulier des coéquipiers du Polynésien, accusés à tort par des internautes anonymes de l’avoir dénoncé.

« Aucun aventurier n’a dénoncé Teheiura sur le fait qu’il a reçu de la nourriture sur le camp. Teheiura a avoué seul son moment d’égarement. Aucun événement lié à ce jeu ne donne le droit à l’envoi d’injures, de menaces et de messages haineux. Nous dénonçons fermement ce genre de comportement et conseillons aux aventuriers à déposer plainte », avait indiqué ALP dans un message diffusé mardi sur Twitter.