« Koh-Lanta » : Les secrets de l'exclusion de Teheiura racontés par un proche, TF1 et la production

COULISSES Mardi les fidèles du jeu d’aventure de TF1 ont vu Teheiura être exclu de la compétition pour avoir enfreint les règles. « 20 Minutes » a glané des éléments auprès de la chaîne, de la production et de l’entourage du candidat pour savoir comment les choses se sont passées

Fabien Randanne
— 
Teheiura et Denis Brogniart, dans Koh-Lanta, la légende.
Teheiura et Denis Brogniart, dans Koh-Lanta, la légende. — Capture d'écran TF1
  • Lors du tournage de Koh-Lanta, la légende, au printemps, Teheiura a demandé à un pêcheur de lui apporter de la nourriture. Il en a partagé une partie avec certains autres aventuriers.
  • La production, TF1 et Denis Brogniart ont « décidé de façon collégiale de mettre un terme à une tricherie qui aurait pu se prolonger », nous confie ALP en précisant que les parties prenantes ont « estimé et décidé qu’il ne fallait sanctionner que celui par qui la tricherie avait été possible ». Raison pour laquelle seul Teheiura a été exclu.
  • « Personne n’est infaillible, Teheiura a cédé à la tentation, c’est un fait de jeu. On a pris instantanément la décision de le montrer à l’écran », raconte Rémi Faure, directeur des programmes de flux du groupe TF1, qui estime que cette tricherie ne portera pas atteinte à l’image de Koh-Lanta.

Coup de théâtre dans l’épisode 11 de Koh-Lanta, La légende diffusé mardi sur TF1. Teheiura a été exclu du jeu pour avoir triché. Confronté par Denis Brogniart, il a reconnu avoir demandé à un pêcheur de lui apporter de la nourriture. « Même moi je ne comprends pas comment j’ai pu franchir cette ligne, la tentation a été trop forte », a-t-il déclaré, penaud, soulignant que, de toutes les éditions auxquelles il a participé, celle-ci était « la plus dure physiquement et mentalement ». « Je ne cherche même pas d’excuses. Ça va me peser toute ma vie », a-t-il ajouté, contrit. Sanction irrévocable, l’aventurier n’a pas pu prétendre à une deuxième chance sur l’île des bannis mais a été invité à rejoindre la résidence du jury final.

Cédric, son beau-frère que 20 Minutes a contacté, prend la défense de Teheirua en suggérant de se mettre à sa place : « Vos coéquipiers vous poussent depuis le début de l’aventure à aller chercher de la nourriture auprès des locaux [le candidat est originaire de Polynésie française, où s’est déroulé le tournage]. Malgré la faim, vous refusez sans cesse. Un jour, vous voyez une personne qui se trouve en avoir. Qu’auriez-vous fait ? Vous auriez pris la nourriture pour la manger intégralement, sans la partager et sans le dire. Teheiura est quelqu’un d’honnête à l’extrême. Il a préféré la partager puis le reconnaître à l’équipe de production qui n’avait aucune preuve. Il aurait ainsi tout simplement pu nier et continuer l’aventure. Il a préféré assumer devant des millions de personnes et sortir du jeu. Ceci pour rester en phase avec ses valeurs. J’ai rarement vu un choix aussi courageux et intègre. »

D’autres aventuriers ont bénéficié de la nourriture

Teheiura a effectivement partagé avec d’autres compagnons d’aventure la nourriture – des légumes et des fruits, dont des papayes, selon les informations que nous avons pu recueillir – livrée par le pêcheur. La société ALP, qui produit Koh-Lanta, indique à 20 Minutes que « les intéressés l’ont confirmé ». Ces derniers n’ont pas été inquiétés, la production ayant « estimé et décidé qu’il ne fallait sanctionner que celui par qui la tricherie avait été possible, pour y mettre un terme ». Et de préciser qu'« il était impossible d’affirmer avec certitude que d’autres aventuriers n’en avaient pas profité également à un moment donné ». Un « rappel à l’ordre général » a été fait dans la foulée pour mettre en garde celles et ceux qui auraient été tentés d’enfreindre les règles une nouvelle fois.

Il semblerait que ce soit en partie son manque de discrétion qui a conduit Teheiura à sa perte dans le jeu. Selon nos informations, certains aventuriers se sont ouvertement plaints de son refus de partager ses denrées avec eux. ALP nous explique également que les perches des ingénieurs du son « qui captent des sons lointains » ont surpris « des conversations cachées » entre candidats sur le camp réunifié. La production a alors mené son enquête sur ces « bruissements » – selon le terme qu’elle emploie – auprès des participants mais aussi de la population locale passant à proximité du tournage. Elle en a conclu qu’il y avait eu « au moins une livraison de nourriture sur le camp, en pleine nuit ». 

Joint par téléphone ce mardi, Teheiura a donné sa version et des précisions à 20 Minutes : « J’ai croisé le regard de cette personne en mer qui regardait dans ma direction. Je lui ai fait signe et, quelque temps plus tard, lui m’a fait le signe d’aller voir à un endroit, il m’a montré un lieu. Je suis allé voir, il y avait un peu de nourriture. Il y avait aussi des camarades d’aventure pas très loin et je les ai invités à partager ce maigre repas avec moi. »

Une décision « collégiale »

Une fois la tricherie avérée, ALP, dont sa présidente Alexia Laroche-Joubert, Denis Brogniart et la chaîne ont dû se mettre d’accord sur une sanction.  « On a essayé de prendre la décision la plus juste et mesurée », avance à 20 Minutes Rémi Faure, directeur des programmes de flux du groupe TF1. Plutôt que le simple avertissement, celles et ceux qui ont pris part à la discussion ont « décidé de façon collégiale » de l’exclusion du fautif, nous indique la production.

Teheiura a participé à cinq saisons de Koh-Lanta depuis dix ans. Finaliste de Raja Ampat en 2011, il s’est régulièrement distingué par son ingéniosité sur le camp et ses performances aux épreuves – il compte dix-sept victoires en individuel, seul Claude a fait mieux.

Il était logiquement devenu l’une des figures de proue de cette émission aimant tant exalter l’héroïsme et la compétitivité. Sa présence dans cette saison intitulée La Légende était on ne peut plus légitime. Son incartade gâche la fête d’anniversaire. Au risque d’abîmer l’image de l’émission ? « Non, non, non », insiste Rémi Faure avant de faire une comparaison avec le ballon rond : « Après le coup de tête de Zidane [à Materazzi] en finale de la Coupe du monde 2006, personne ne s’est dit « Je ne regarderai plus le foot, je ne suivrai plus l’équipe de France et je n’aime plus Zidane ». Personne n’est infaillible, Teheiura a cédé à la tentation, c’est un fait de jeu. On a pris instantanément la décision de le montrer à l’écran. »

« On parle de papayes. Il faut se détendre »

Lors de la discussion des deux hommes en face-à-face, Denis Brogniart a ainsi salué le fait que Teheiura avait su faire son mea culpa et rappelé « le caractère irréprochable » de ses quatre premières participations. Le choix des mots n’est pas anodin : il s’agit de rappeler que Koh-Lanta est avant tout un jeu et qu’il ne sert à rien d’accabler un candidat à qui la tricherie n’aura que très provisoirement profité.

La production, qui a répondu à nos questions par mail, arrondit elle aussi les angles : la tricherie est qualifiée de « moment d’égarement », de « goutte d’eau dans un océan de privations ». « Tous les aventuriers de cette saison disent que c’est la saison où ils ont connu le plus la faim et ce malgré les belles pêches réalisées, répond-elle également. Ils ont commencé l’aventure sans riz, puis se sont rationnés, et les seules denrées comestibles provenaient de la mer. »

« On a poussé davantage les curseurs de difficulté pour cette saison anniversaire », appuie Rémi Faure, enjoignant une nouvelle fois à prendre du recul au sujet de l’incartade de Teheiura : « Ce n’est pas non plus une affaire d’Etat. On parle de papayes. Il faut se détendre. »

La caisse de résonance des réseaux sociaux

Mardi après midi, TF1 et ALP ont adressé un mail aux médias, en appelant à leur « prudence » et à leur « responsabilité » quant aux « conséquences » sur les « tournures de phrases » et « mots utilisés ». « Nous comprenons qu’elles font du clic, mais vos titrailles, vos accroches, peuvent parfois jouer un rôle qui n’est pas anodin dans l’embrasement des choses », souligne le courriel.

Teheiura, lui, a limité ses prises de parole. Outre son post Instagram, il a accepté de répondre à 20 Minutes et au Parisien-Aujourd’hui en France.

Si cette affaire, bien anodine comparée aux sujets majeurs de l’actualité, a le potentiel de prendre des proportions démesurées, c’est parce que l’émission est un phénomène de société – et est traitée comme tel dans certains médias. Ce malheureux retournement de situation ne peut pas passer inaperçu, et sera sans doute davantage commenté à la machine à café que la dernière prise de parole d’Emmanuel Macron.

Les réseaux sociaux font office de caisse de résonance pour le meilleur mais aussi pour le pire. A minuit et quart ce mercredi, les mots dièse #KohLanta, #Teheiura et #Claude étaient les plus commentés sur Twitter, avec 68.900 et 48.300 et 23.000 mentions, contre 157.000 pour #Macron20h. Cette année, une partie des internautes est particulièrement véhémente envers les aventuriers et aventurières. Si bien que TF1 s’est fendue récemment d’un tweet, épinglé en tête de son compte officiel, pour « rappeler que l’émission reste un jeu et que les insultes, menaces et messages haineux à l’égard des candidats n’ont pas lieu d’être ». La chaîne dit à 20 Minutes être « sensible à ce qui se passe sur les réseaux sociaux d’une façon générale » et être « vigilante » pour Teheiura comme pour tous les candidats.

Des fuites parfois « fantaisistes »

Un œil est aussi gardé sur les fuites concernant le déroulement de l’émission. ALP a dû prendre les devants pour les endiguer. Fin septembre, quelques semaines après le coup d’envoi de la diffusion de Koh-Lanta, La légende, le président du tribunal judiciaire de Paris a rendu une ordonnance interdisant « toute publication qui prétendrait divulguer le contenu des épisodes à venir ». « La justice a ordonné aux plateformes de lever l’anonymat des comptes anonymes, soulignait la production dans son communiqué. Chaque nouvelle publication sera sanctionnée par une somme forfaitaire importante par infraction constatée. »

Déjà, à l’époque, les rumeurs de tricherie commençaient à se répandre ci et là et, malgré la décision judiciaire, certaines sont toujours diffusées d’une manière plus ou moins confidentielle, notamment dans des storys Instagram. « On a bien noté qu’il y avait des fuites sur les réseaux sociaux. Heureusement, une grande partie est fantaisiste », nous affirme Rémi Faure. « On défend la valeur de nos programmes, continue-t-il. La télé d’aujourd’hui tient, plus qu’avant, sur les feuilletons. Nos concurrents sont les plateformes [Netflix, Amazon Prime Video, Disney+…]. Qui dit "feuilletonnement" dit importance de garder le secret. » La mésaventure de Teheiura est en soi un parfait rebondissement. La suite, au prochain épisode.