« Islamogauchistes » : La Cnil ouvre une enquête après la publication d’une liste sur le site d’extrême droite Fdesouche

INTERNET Cette liste mentionne les noms de plusieurs centaines de personnes ayant signé un appel en faveur d’une marche contre l’islamophobie, ainsi que des collectifs et associations venant en aide aux migrants

H. B. avec AFP
— 
La Cnil (illustration).
La Cnil (illustration). — Michel Spingler/AP/SIPA

Après la publication d’une liste de plusieurs centaines de noms de personnalités politiques et militantes présentées comme « islamogauchistes » par le site d’extrême droite « Fdesouche », la Cnil a annoncé s’être autosaisie de cette affaire, révélée par le journaliste Taha Bouhafs, dont le nom figure sur le fichier Excel partagé sur les réseaux sociaux.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a indiqué avoir « téléchargé le fichier dans le cadre de vérifications en ligne » et « procéder actuellement à l’analyse de sa légalité ». Elle précise toutefois que le fichier n’est actuellement plus en ligne.

« Combien d’autres listes existent ? Dans quel but ? »

Un premier fichier, datant de novembre 2019, baptisé « Islamo-gauchistes signataires de l’appel à la manif contre l’islamophobie du 10/11/2019 » répertorie les signataires de cet appel publié sur Mediapart. Ils sont classés par nom, prénom, organisation, « position » type imam, députés et par catégorie : « Islam, politique, journalisme, militantisme, syndicalisme ». Parmi les centaines de politiques et militants de gauche figurent notamment les députés LFI Jean-Luc Mélenchon et Eric Coquerel, le journaliste de Médiapart Edwy Plenel ou encore le « gilet jaune » Jérôme Rodrigues.

Un deuxième fichier, datant de 2017, liste des collectifs et associations venant en aide aux migrants, avec leurs adresses email et certains numéros de téléphone.

« L’extrême droite fait des listes où sont fichées toutes les personnes qui se sont engagées contre l’islamophobie et une liste avec toutes les associations qui viennent en aide aux migrants. Combien d’autres listes existent ? Dans quel but ? », a réagi le journaliste Taha Bouhafs.

« Je demande la fermeture de ce site et à M. Darmanin ce qu’il compte faire contre les auteurs de ce site qui sont connus », a également déclaré sur BFMTV le député de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel (LFI).

Un « grand nombre de personnes fichées » vont déposer une plainte

Pour le site « Fdesouche », il n’y a rien d’illégal. « Il n’y a rien, c’est bidon. Nous avons juste repris une liste des signataires de l’appel à manifester contre l’homophobie, rien de plus. Toutes ces données sont publiques », a déclaré son porte-parole Pierre Sautarel.

L’avocat Arié Alimi, qui figure lui-même sur la liste, a indiqué qu’un « grand nombre de personnes fichées » avaient décidé de déposer une plainte « pour traitement illégal de données à caractère personnel ». « Ce fichage aux conséquences et aux relents nauséabonds n’est que le dernier avatar d’une campagne médiatique-politique visant des militants politiques, des universitaires, des chercheurs, des personnes de la société civile et des artistes en raison de leur confession et/ou de leurs convictions politiques et syndicales », ajoute Me Alimi dans un communiqué.