En boostant le partage sur FaceTime et iMessage, Apple défie Facebook

TECH La firme à la pomme développe les synergies dans son écosystème et s'attaque frontalement à Zoom et Facebook en boostant la vidéo et iMessage

Philippe Berry

— 

Le vice-président d'Apple en charge du software, Craig Federighi, fait une démonstration du Contrôle universel entre un Mac sous MacOS Monterey et un iPad.
Le vice-président d'Apple en charge du software, Craig Federighi, fait une démonstration du Contrôle universel entre un Mac sous MacOS Monterey et un iPad. — Brooks Kraft / Apple Inc. / AFP
  • La conférence pour développeurs WWDC d’Apple se tient virtuellement jusqu’à vendredi.
  • Lundi, lors de sa grande keynote, Apple a levé le voile sur iOS 15.
  • En boostant le partage sur FaceTime et iMessage, la firme à la pomme défie Facebook.

Certains ont été déçus par le manque d’annonces fracassantes. Mais à l’occasion de sa conférence WWDC pour les développeurs, lundi, Apple a dévoilé une vision extrêmement cohérente de son écosystème. De sa montre jusqu’à la maison connectée, en passant par le triptyque iPhone-iPad-Mac, l’entreprise à la pomme développe la complémentarité de ses services pour mieux capter les utilisateurs.

iOS 15, une mise à jour mineure

Alors qu’Android 12 va s’offrir un design revu de fond en comble, iOS évolue en douceur cette année. Le système de notifications est revu, et ces dernières pourront désormais être classées par priorité – grâce à l’intelligence artificielle – et plus seulement par date. Le mode Focus (concentration) offre davantage de réglages que « Ne pas déranger ». Comme Google Lense, l’appareil photo est capable d’identifier du texte présent sur une image, comme sur une carte de visite ou un menu. Aux Etats-Unis, le portefeuille Apple Wallet permettra de stocker son permis de conduire – qui fait office de carte d’identité – en version numérique dans certains Etats partenaires. L’appli météo, elle, intègre des données de Dark Sky, racheté par Apple, et Maps propose un mode 3D affichant l’élévation.

Avec FaceTime et iMessage, Apple défie Zoom et Facebook

Apple a profité de la pandémie pour ajouter de nombreuses fonctions à FaceTime, qui vient marcher sur les plates-bandes de Zoom et de Google Meet. Un rendez-vous peut-être planifié à l’avance, et pour la première fois, le lien partagé avec des contacts sur Android ou un PC Windows. Avec le mode portrait, l’arrière-plan de son salon en désordre peut être flouté.

Apple s’aventure un peu plus sur le terrain social. Avec SharePlay, l’entreprise s’attaque aux expériences partagées : plusieurs personnes peuvent écouter un morceau de musique ou regarder une vidéo ensemble. Apple a annoncé des partenariats avec Disney+, Hulu, HBO Max, TikTok et Twitch, notamment. Enfin, avec « Shared with you », iMessages archive dans un flux tous les éléments partagés par un contact (photos, vidéos, articles). Alors que Mark Zuckerberg ne croit plus à un newsfeed public et mise sur les interactions privées en petits groupes, le message d’Apple est clair : pas besoin de Facebook pour cela.

Contrôle universel, maison connectée… Des synergies internes et externes

Depuis plusieurs années, Apple développe la complémentarité entre ses différents appareils. Avec MacOS Monterey, la tendance va plus loin : le « contrôle universel » permet de contrôler son Mac et son iPad avec le même clavier/touchpad quand ils sont l’un à côté de l’autre, sans configuration nécessaire. Il ne s’agit pas juste d’un affichage étendu : il est possible de copier-glisser un fichier de l’un à l’autre, grâce au Bluetooth et au wifi direct.

Du côté de la maison connectée, Apple ouvre enfin Siri à des partenaires. Son assistant sera notamment intégré sur un thermostat d’Ecobee, pour mieux concurrencer Amazon et Google.

Apple promet de protéger la vie privée

Google joue les équilibristes en promettant de protéger la vie privée tout en ayant besoin de données personnelles pour la publicité. Apple, qui vend ses appareils au prix fort, n’a pas ce dilemme. L’entreprise se pose en champion de la vie privée. Mail, notamment, protège la géolocalisation et empêche tout tracking via des pixels cachés, qui permettent à des tiers de collecter des informations (si un e-mail est ouvert ou si on clique sur un lien, par exemple).

Apple assure que certaines fonctions (comme la reconnaissance du texte sur les photos) se font en local et pas dans le Cloud, tout comme les commandes vocales pour Siri. Avec l’Apple Watch, on peut partager des données particulièrement sensibles sur sa santé avec des médecins, mais aussi des proches. Elles sont chiffrées en local et en transit, ce qui signifie qu’Apple n’y a jamais accès.

L’écosystème, mature, est plus séduisant que jamais. Encore faut-il avoir les moyens de se l’offrir. La facture pour un iPhone, iPad, Apple Watch et MacBook Pro oscille de 2.500 euros pour les modèles d’entrée de gamme et plus de 5.000 euros pour les plus récents.