Mark Zuckerberg a eu une illumination et promet de reconstruire Facebook autour de la vie privée

CONVERSION Dos au mur après des années de scandales, le dirigeant veut changer de stratégie mais il va avoir fort à faire pour convaincre

Philippe Berry

— 

Des silhouettes à l'effigie de Mark Zuckerberg à Washington.
Des silhouettes à l'effigie de Mark Zuckerberg à Washington. — Jose Luis Magana/AP/SIPA

Privacy, privacy, privacy. Mark Zuckerberg a visiblement eu une illumination digne de Saint Paul sur la route de Damas. Dans un long manifeste de 3.200 mots, il fixe un nouveau cap pour « le futur des communications et des réseaux sociaux ». Adieu « monde plus ouvert et plus connecté », bonjour « interactions privées, messages chiffrés et éphémères, stockage sécurisé et interopérabilité. » Bref, acculé par des années de scandales et sous la menace des pouvoirs politiques, Mark Zuckerberg promet de reconstruire ses produits et leur business model autour de la vie privée. On attend de voir les actes.

Priorité aux messages privés, pas au News Feed public

« Les messages privés, les stories éphémères et les petits groupes connaissent la croissance la plus rapide des communications en ligne. La plupart des gens préfèrent l’intimité des communications en tête-à-tête ou avec quelques amis », commence le milliardaire. « Je suis convaincu que le futur des communications va s’orienter vers des services privés et chiffrés avec lesquels les gens auront la certitude que leurs conversations seront sécurisées et non permanentes », explique Zuck. Selon lui, les « réseaux sociaux publics continueront d’être importants pour découvrir de nouvelles personnes et de nouvelles idées ».

Il ne le dit pas explicitement, mais la nouvelle stratégie pourrait bien mettre le News Feed au placard, ou au moins en retrait – ce qui éviterait à Facebook le casse-tête autour des Fake News. Il dit s’attendre à ce que « Messenger et WhatsApp deviennent la principale façon dont les gens communiquent sur le réseau Facebook ».

Au stade de la vision, la nouvelle stratégie s’orientera autour de six principes :

  • des interactions privées, centrées sur des petits groupes (adieu les réglages « public » par défaut).
  • le chiffrement de bout en bout, avec des messages auxquels ni Facebook ni les autorités n’auront accès.
  • de l’éphémère, avec des messages qui s’autodétruisent au bout d’un certain temps sans laisser de trace, y compris sur les serveurs de Facebook.
  • la sécurité
  • l’interopérabilité, avec des communications possibles entre les différents services – les mauvaises langues notent que s’il les fusionne, il pourrait protéger son empire d’un démantèlement en cas de procédure antitrust.
  • un stockage des données sécurisé, avec aucun data center dans « les pays qui violent les droits de l’homme ou la liberté d’expression », ce qui semble écarter le marché chinois.

Changement de business model et défi sécuritaire

La conséquence directe de cette nouvelle stratégie, c’est que le business model de Facebook serait moins centré sur les données personnelles et la publicité ciblée. Mark Zuckerberg parle de « services, de paiement et de commerce », ce qui évoque la stratégie de la plateforme chinoise WeChat. Selon les rumeurs, il pourrait d’ailleurs prochainement dévoiler une cryptomonnaie pour WhatsApp.

Reste un gros éléphant dans la pièce, comme on dit aux Etats-Unis : avec des communications privées et éphémères, se dirige-t-on vers une sorte de « dark web » propice aux dérives inquiétantes ? « Certains peuvent utiliser le chiffrement pour l’exploitation des enfants, le terrorisme et l’extorsion. Nous avons la responsabilité de travailler avec les forces de l’ordre pour prévenir [ces abus] quand nous le pourrons », note le dirigeant, sans donner de détails.

Mark Zuckerberg le jure, il comprend les doutes face à son annonce : « Franchement, nous ne nous sommes pas vraiment connus pour avoir construit des services protégeant la vie privée, et par le passé, nous nous sommes surtout concentrés sur des outils pour encourager le partage ouvert », reconnaît-il. Amen.