Des hackers réclament une lourde rançon à Apple après un vol de données

CYBERCRIMINALITE Le sous-traitant d’Apple refusant de payer la rançon, les hackers se sont directement tournés vers l’entreprise et lui réclament 50 millions de dollars

20 Minutes avec agence

— 

Le sous-traitant d'Apple a refusé de payer la rançon.
Le sous-traitant d'Apple a refusé de payer la rançon. — WANG GANG/COSTFOTO/SIPA

Le groupe de hackers REvil a annoncé sur son blog qu’il était parvenu à pénétrer le réseau de Quanta Computer. Ce géant mondial de la fabrication de PC est un sous-traitant d’Apple. D’ailleurs, la revendication était accompagnée de schémas techniques concernant probablement des MacBook, annonce Le Parisien qui a pu consulter ces documents.

En s’introduisant dans le système informatique de Quanta Computer, REvil a semble-t-il siphonné des données. Il s’agit de dessins industriels, de fiches techniques et des données personnelles. Ils ont ensuite propagé un ransomware (« rançongiciel »).

Vendus à la concurrence ?

Selon le sous-traitant taïwanais, la cyberattaque n’a concerné qu’un « petit nombre de serveurs ». Le groupe de hackers russophones a demandé une rançon que l’entreprise a balayée d’un revers de main. C’est pourquoi, REvil se tourne maintenant vers Apple, client de Quanta Computer.

Les hackers réclament qu’une rançon soit payée avant le 1er mai. En guise de pression, ils précisent dans leur réclamation : « Nos équipes négocient la vente d’importantes quantités de schémas techniques confidentiels et de gigaoctets avec plusieurs grandes entreprises. Nous recommandons à Apple de nous racheter ces données. »

Des fichiers concernant de futurs MacBook dévoilés

D’ici là, REvil a prévu de publier des documents quotidiennement. Ce mercredi soir, une vingtaine de fichiers ont ainsi été rendus publics. Il pourrait s’agir des futurs MacBook Pro et Air, selon Le Parisien.

Le fabricant Acer avait subi une attaque menée par REvil et suivie d’une extorsion de fonds de 50 millions de dollars. C’est une nouvelle fois la somme que le groupe demande à Apple, payable en cryptomonnaie.