Montpellier : Ce petit bateau électrique équipé de foils donne la sensation de voler sur l’eau

LITTORAL Cette embarcation d’un nouveau genre a été mise au point par l’entreprise Neocean

Nicolas Bonzom
— 
Julien Moutarde, équipe de France Jeune en Nacra 17, du Centre d’entraînement de la Grande Motte (FFV et Région Occitanie) sur l'Overboat
Julien Moutarde, équipe de France Jeune en Nacra 17, du Centre d’entraînement de la Grande Motte (FFV et Région Occitanie) sur l'Overboat — Neocean
  • L’entreprise Neocean a créé l’Overboat, un catamaran qui « vole sur l’eau ».
  • Equipé de quatre foils, cet engin fonctionne avec un moteur électrique.
  • Il ne pollue pas, et ne fait aucun bruit, respectant ainsi la faune marine.

Peut-être avez-vous aperçu cet étonnant bolide sillonner les côtes héraultaises. La start-up montpelliéraine Neocean a conçu un petit catamaran électrique d’une place, qui donne l’impression de voler au-dessus de l’eau : une fois qu’il a « décollé », seuls ses quatre foils et ses jambes restent à l’eau. La coque, elle, se soulève.

Cette invention, aux faux airs de scooter des mers, a raflé, en février, le Grand prix de l’innovation et celui de la mobilité intelligente et durable, lors du concours Inn’Ovations porté par la région Occitanie, face à 220 prétendants. Mais qu’est-ce donc que cet engin, commercialisé environ 26.000 euros ? « Il est difficile de nommer quelque chose qui n’existe pas, sourit Vincent Dufour, le fondateur de Neocean. Je peux, plutôt, vous dire ce que ce n’est pas. Ce n’est pas un jet-ski, car on ne s’appuie pas sur l’eau, on est au-dessus. Ce n’est pas non plus un bateau, car on ne rentre pas à l’intérieur d’une coque, on est comme assis sur une selle. C’est un Overboat. »

Camille Rigaud, équipe de France Jeune en Nacra 17, du Centre d’entraînement de la Grande Motte (FFV et Région Occitanie) sur l'Overboat
Camille Rigaud, équipe de France Jeune en Nacra 17, du Centre d’entraînement de la Grande Motte (FFV et Région Occitanie) sur l'Overboat - Neocean

« Une sensation de liberté et de respect »

C’est d’ailleurs cette marque, clin d’œil à son lointain cousin, le hoverboard, que l’entrepreneur héraultais exploite pour la commercialisation de son invention. Biologiste et océanographe, Vincent Dufour, en passionné du milieu marin, a souhaité mettre au point, avec des chercheurs de l’université de Montpellier, un outil qui n’a aucun impact environnemental. « J’ai toujours été frustré de ne pas trouver quelque chose qui soit léger, pratique, maniable et qui ne pollue pas », reprend l’entrepreneur.

L’Overboat, équipé d’un moteur électrique, n’émet ainsi strictement aucune pollution, et ne fait même aucun bruit, respectant ainsi la faune marine, constamment perturbée par le passage d’engins motorisés. « La coque n’étant pas dans l’eau, on ne laisse même pas de sillage derrière nous, nous n’avons aucun impact sur le milieu marin, relève Vincent Dufour. Lorsque vous êtes sur l’Overboat, vous avez une sensation de liberté incroyable, mais aussi une sensation de respect. De la mer, et d’autrui. »

Avec ce bateau d’un nouveau genre, de 3 mètres de long et d’environ 100 kg (environ la moitié du poids d’un jet-ski), la jeune entreprise héraultaise entend « démocratiser l’accès à l’eau ». Une seule commande, simple, permet d’accélérer et de diriger l’engin. Sans permis, il grimpe jusqu’à 15 nœuds, la vitesse moyenne d’un ski nautique, et permet de « voler » jusqu’à 10 km des côtes. « Cela permet d’aller suffisamment vite pour se faire plaisir, reprend son créateur. Pour avoir le sentiment de voler. »