6 milliards pour un Internet haut débit européen par satellite

HAUT DEBIT L’Internet à haut débit européen pourrait voir le jour à la fin des années 2020

Jennifer Mertens pour 20 Minutes

— 

6 milliards pour un Internet haut débit européen
6 milliards pour un Internet haut débit européen — Geeko

Après avoir développé son propre système de positionnement par satellites – Galileo –, l’Europe souhaite s’affranchir des satellites étrangers en mettant en place son propre réseau afin de garantir sa souveraineté numérique. De cette manière, l’Union européenne pourrait proposer un accès Internet à haut débit à l’ensemble de ses citoyens.

Pour y parvenir, l’Europe devra déployer sa propre constellation de satellites dédiée à la connectivité Internet en orbite. L’UE vise l’année 2027 pour s’affranchir des dispositifs de sociétés étrangères. Elle a déjà sélectionné un consortium d’entreprises européennes pour étudier la faisabilité du projet. On peut notamment citer Airbus, Arianespace, Eutelsat, OHB ou encore Orange. Ces dernières devront rendre leur verdict d’ici un an.

Un réseau à 6 milliards

Selon les premières estimations, le projet d’Internet à haut débit soutenu par un réseau de satellites européens devrait coûter environ 6 milliards d’euros.

Le développement d’un réseau Internet à haut débit européen sera profitable à de nombreux secteurs. L’objectif du projet de l’UE est de proposer « une nouvelle initiative visant à renforcer la souveraineté numérique européenne et à fournir une connectivité sécurisée aux citoyens, aux entreprises commerciales et aux institutions publiques. Cette infrastructure européenne souveraine devrait porter à un large éventail de secteurs, notamment le transport routier et maritime, le contrôle aériens, le développement de véhicules autonomes ainsi que de nombreuses applications de l’internet des objets. Rappelons que l’Europe s’était déjà affranchie, avec douleur, mais avec succès, du système de géolocalisation GPS américain en mettant en œuvre Galileo qui continue d’ailleurs de s’étendre. Ce nouveau projet renforcera encore la souveraineté européenne, ce qui est un bon point », rapporte Les Echos.